logo FB share.png

Les ères géologiques

Les ères géologiques

"Pour bien comprendre les phénomènes de la géologie, que ce soit le déplacement des plaques tectoniques, la formation des couches sédimentaires, la formation des minéraux et des roches etc., il est nécessaire de se représenter le temps."

Tableau des mesures du temps.

Prenons une très très longue ficelle, disons que sur cette ficelle un millimètre est égal à une année, sachant que la terre s'est formée il y a 4.55 Ga, à quelle distance faisons nous un nœud  sur la ficelle pour marquer cette durée?

Tableau des évènements depuis le Big bang.

Pourquoi et comment a-t-on divisés les temps géologiques ?
Termes employés.

Terminologie

L'échelle des temps géologiques est subdivisée en plusieurs unités : les unités chronostratigraphiques, géochronologiques et magnéto stratigraphiques. Les unités chronostratigraphiques sont définies à partir des méthodes litho stratigraphiques et bio stratigraphiques et organisent les couches sédimentaires de la croûte terrestre en une échelle temporelle relative. Les unités géochronologiques correspondent à des intervalles de temps, dont les âges sont obtenus par les méthodes de datation absolue. Ces deux catégories d'unités utilisent différents termes qui sont équivalents et suivent une hiérarchie précise :

Unités chronostratigraphiques et Unités géochronologiques.
Définitions et limites
Éons de la Terre *

 

L'éon est l'intervalle de temps géochronologique correspondant à la plus grande subdivision chronostratigraphique de l'échelle des temps géologiques, l'éonothème. Le terme éon est également utilisé dans le cadre de la planétologie pour permettre de décrire l'histoire des planètes.

L'histoire de la Terre est découpée en quatre éons. Les trois premiers, qui couvrent les 4 premiers milliards d'années de l'histoire de la Terre sont parfois regroupés au sein d'un superéon nommé le Précambrien.

Les quatre éons terrestres sont les suivants, du plus ancien au plus récent :

  • Hadéen (de - 4,65 à - 3,8 milliards d’années),

  • Archéen (de - 4 à - 2,5 milliards d’années),

  • Protérozoïque (de - 2,5 à - 0,541 milliards d’années),

  • Phanérozoïque (depuis l’explosion biologique cambrienne il y a 541 millions d’années, jusqu'à nos jours).

*L'éon est l'intervalle de temps géochronologique correspondant à la plus grande subdivision chronostratigraphique de l'échelle des temps géologiques, l'éonothème.

 

Les 4 éons sur 24 heures.
Ères

Les différentes subdivisions de l'échelle des temps géologiques correspondent à des conditions paléo-environnementales, paléontologiques ou sédimentologiques similaires et homogènes dans chacune. Les ères sont définies selon des arguments paléontologiques et géodynamiques, bien que les premiers l'emportent sur les seconds dans la limitation des ères du fait de leur antériorité par rapport aux études géodynamiques.

La base du Paléozoïque, première ère du Phanérozoïque, se caractérise par les grandes bio diversifications cambrienne et ordovicienne et par l'apparition et la prolifération des fossiles à carapaces et coquilles ; cette ère est marquée par la présence du taxon des trilobites et est marquée par deux cycles orogéniques : le calédonien et l'hercynien. La limite Paléozoïque / Mésozoïque est caractérisée par la crise biologique du Permien-Trias (la plus sévère des cinq grandes extinctions, qui voit la disparition de taxons caractéristiques de l'ère Paléozoïque comme les trilobites et les fusulines), par la fragmentation du supercontinent de la Pangée et une discordance stratigraphique dans plusieurs régions du monde (Amériques, Sibérie...) : elle marque la fin du cycle hercynien et le début du cycle alpin.

L'ère Mésozoïque est définie par la présence des grands dinosaures non-aviens, des ammonites et des nummulites. Les mammifères, apparus simultanément avec les dinosaures, sont alors de taille modeste (les plus grands ont la taille d'un blaireau) mais sont numériquement fort nombreux et plus divers qu'aujourd'hui du point de vue de la classification. L'ère est marquée par une série d'orogenèses à l'origine de la ceinture alpine6,7 et s'achève par une phase d'extinction massive qui voit disparaître des taxons comme les ammonites, les dinosaures non-aviens ou les ptérosaures : c'est la crise Crétacé-Paléogène, abrégée en K/P, dont l'issue inaugure le Cénozoïque.

L'aube de l'ère Cénozoïque voit d'abord de grands oiseaux qui ne volent pas prendre les niches écologiques terrestres libérées, mais ensuite et rapidement, en mer comme sur terre et dans les airs, les mammifères se diversifient et certains acquièrent à leur tour des dimensions imposantes. L'ère est marquée en son milieu par la grande coupure Éocène-Oligocène (en lien avec une chute de météorite dans l'actuelle baie de Chesapeake et une autre en Sibérie centrale8), et à sa fin (les deux à trois derniers millions d'années avant le présent) par un cycle de glaciations entrecoupées de périodes interglaciaires (nous sommes dans l'une de celles-ci).

 

Périodes

Les géologues et paléontologues utilisent de plus en plus le terme de « système » plutôt que celui de « période » car ils se réfèrent à des formations géologiques et des ensembles de fossiles, plutôt qu'à une séquence de temps. Les phylogénéticiens et les paléontologues font généralement référence à des stades de développement de la vie et la nomenclature est assez complexe. Ils n'utilisent plus les termes anciens de « Précambrien » pour les périodes antérieures à ~ 541 Ma avant le présent, de « Primaire » pour le Paléozoïque, de « Secondaire » pour le Mésozoïque, ni de « Tertiaire » pour le Cénozoïque, et le « Quaternaire » ne désigne plus une période mais la dernière subdivision du Cénozoïque. Ces anciennes dénominations ont cependant tant circulé dans les sources, qu'elles réapparaissent encore fréquemment dans les publications et les documentaires, même récents.

 

Étages

En géologie et paléontologie, l'étage est l’unité de temps de base dans l'échelle des temps géologiques : sa durée est en général de l'ordre de quelques millions d'années. Il est la subdivision d'une série géologique basée sur la chronostratigraphie, c'est-à-dire sur l'âge déterminé par les méthodes de la biostratigraphie et de la litho stratigraphie.

Au XIXe siècle les géologues et plus spécialement les stratigraphes ont regroupé, sur un même affleurement, des ensembles de couches sédimentaires partageant des caractéristiques paléontologiques communes. Ces affleurements-type, naturels ou artificiels (carrières), appelés stratotypes, sont devenus des sites de référence pour définir ces intervalles de temps spécifiques que sont les étages, dont les noms proviennent généralement des sites où ces formations ont été décrites pour la première fois, auquel on ajoute le suffixe -ien (exemples : Hettangien, Oxfordien, Bajocien). S'il est utilisé comme nom propre, le nom d'un stratotype commence par une majuscule, mais employé en tant qu'adjectif, il commence par une minuscule (exemples : « niveau hettangien » ou « fossile oxfordien »). Ces noms peuvent parfois varier d'un pays à l'autre ou d'une langue à l'autre, en fonction de l'histoire de la géologie dans chaque pays ou continent.

Mais ces premières descriptions, limitées à l'échelle de bassins sédimentaires ou de pays, ont abouti à une multiplication du nombre d'étages. Il s'est vite avéré que plusieurs d'entre eux pouvaient recouvrir tout ou partie d'un même intervalle de temps. Au cours du XXe siècle, la tendance dominante a donc été de simplifier l'échelle stratigraphique des étages (mis en synonymie, avec des suppressions ou même des créations sur de nouveaux stratotypes plus représentatifs de l'intervalle de temps considéré).

À partir des années 1980, la Commission internationale de stratigraphie (ICS) et l’Union internationale des sciences géologiques (UISG) se sont appliquées à définir une échelle stratigraphique universelle des étages géologiques. Dans ce but des points stratotypiques mondiaux (PSM) (en anglais : Global Boundary Stratotype Section and Point, GSSP) ont été définis sur les stratotypes. Ils déterminent les limites existantes entre deux étages géologiques sans laisser la possibilité de lacune ou de chevauchement entre eux. La définition des points stratotypiques mondiaux est toujours en cours mais la majorité des étages sont déjà encadrés par ces PSM.

 

Étymologies

L’étymologie des éons, ères et périodes géologiques est celle des noms donnés aux subdivisions de l'échelle des temps géologiques basés sur la géochronologie. Ces noms proviennent soit des lieux où leurs roches ont été étudiées pour la première fois, soit d'une signification gréco-latine. Le nom d'une subdivision est souvent lié à un stratotype, affleurement-type (étalon) qui permet de définir une subdivision de l'échelle des temps géologiques, dans un travail coordonné par la Commission internationale de stratigraphie et l’Union internationale des sciences géologiques. Le mot stratotype associe la racine latine stratum (couche, couverture) et la racine grecque typos (empreinte, marque) qui en latin a donné tipus (modèle, symbole).

Du passé vers le présent, voici l'étymologie des dénominations géologiques des subdivisions stratigraphiques de l'échelle des temps géologiques, que sont les éons (ou « éonothèmes »), ères (ou « érathèmes »), périodes, époques et étages (ou « âges ») :

ÉON HADÉEN - de l'Hadès (enfer) en grec : période de la formation de la Terre, ainsi nommée en raison des conditions extrêmement variables qui y régnèrent, dépassant largement la fourchette de températures compatible avec la « chimie de la vie », sans compter des chocs majeurs comme celui entre Gaïa et Théia, à l'origine de la Lune.

 

ÉON ARCHÉEN - très ancien en grec :

  • Éoarchéen - aube du très-ancien en grec.

  • Paléoarchéen - ancien très-ancien en grec.

  • Mésoarchéen - moyen très-ancien en grec.

  • Néoarchéen - nouveau très-ancien en grec.

 

ÉON PROTÉROZOÏQUE - vie première en grec :

  • Paléoprotérozoïque - ancienne vie première en grec.

    • Sidérien - ferreux (épais dépôts de fer rubané).

    • Rhyacien - torrent de lave en grec (le nom parle de lui-même).

    • Orosirien - chaîne de montagnes en grec (surrection de chaînes).

    • Stathérien - stabilisé en grec (il s'agit des socles continentaux).

  • Mésoprotérozoïque - moyenne vie première en grec.

    • Calymmien - couvert en grec (sédimentation par-dessus les socles).

    • Ectasien - étendu en grec (extension des sédiments).

    • Sténien - étroit en grec (étroites ceintures métamorphiques).

  • Néoprotérozoïque - nouvelle vie première en grec

    • Tonien - étiré en grec (fragmentation du continent Rodinien).

    • Cryogénien - engendrant du froid en grec (« terre boule de neige »)

    • Édiacarien - d'Ediacara (site australien).

 

ÉON PHANÉROZOÏQUE - vie visible en grec (fossiles visibles à l'œil nu) :

  • ÈRE PALÉOZOÏQUE - vie ancienne en grec (jadis appelé Primaire : on pensait initialement que l'histoire de la Terre commençait par cette ère, il y a ~ 541 Ma)

    • Cambrien - de Cambrie (ancien nom du Pays de Galles).

    • Ordovicien - des Ordovices (ancienne tribu galloise).

    • Silurien - des Silures (ancienne tribu galloise).

    • Dévonien - du Devon (comté anglais des Cornouailles).

    • Carbonifère - porteur de charbon (présence de nombreux dépôts de charbon).

    • Permien - de Perm (ville russe).

  • ÈRE MÉSOZOÏQUE - vie moyenne en grec (jadis appelé Secondaire)

    • Trias - triple (en référence à ses 3 époques).

    • Jurassique - du Jura (Jura souabe).

    • Crétacé - crayeux (aux épais dépôts de craie ).

  • ÈRE CÉNOZOÏQUE - vie récente en grec (regroupe les anciennes ères « Tertiaire » et « Quaternaire »)

    • Paléogène - anciennement engendrée en grec.

      • Paléocène - anciennement récente en grec.

      • Éocène - aube du récent en grec.

      • Oligocène - peu de nouveau en grec.

    • Néogène - nouvellement engendrée en grec.

      • Miocène - moins récente en grec.

      • Pliocène - suite du récent en grec.

    • Quaternaire - le statut du Quaternaire a changé en 2009 ; considéré auparavant comme une ère, il a été rétrogradé à celui de période. Malgré son étymologie qui le rattache aux anciennes appellations des ères du Phanérozoïque, le terme a été conservé, pour des raisons de notoriété.

      • Pléistocène - en grande partie récente en grec.

      • Holocène - entièrement récente en grec.

 

Ce cartouche est un copié/collé de wikipédia

L'échelle chronostratigraphique

L'échelle chronostratigraphique ci dessous vous montre les différentes périodes géologiques, elle est complétée sur la droite par quelques étapes du développement de la vie sur Terre.

Réalisation pour Géopolis par Fréderic Delporte et André Hollebecq adapté pour "mineralogie.fr" par Jean Jacques Chevallier.

Since 2021-jul-01

Echelle stratigraphique
 

Réponse : 4 550 kilomètres, c'est pourquoi il faut une très très longue ficelle.

En cliquant sur l'icone PDF vous pouvez télécharger l’Échelle Chronostratigraphique Internationale, de l'International Commission on Stratigraphy en français ou en anglais. Cette échelle au format PDF est imprimable au format A3.

Avec l'aimable autorisation de l'International Commission on Stratigraphy           www.stratigraphy.org

Drap-US.jpg
ChronostratChart2022-10small.jpg
Drap-Fr.jpg

Tableau de concordance stratigraphique globale pour les 2,7 derniers millions d'années.
(en anglais)

En cliquant sur l'icone PDF vous pouvez télécharger ce tableau au format PDF est imprimable au format A3.

Avec l'aimable autorisation de l'International Commission on Stratigraphy           www.stratigraphy.org

Global stratigraphic 2020.jpg

Since 2021-07-08