En collaboration avec Yves Lulzac,
Ingénieur géologue minier

LA DÉTERMINATION DES MINÉRAUX

Détermination est le terme employé par les minéralogistes et les géologues pour identifier un minéral.

 "S'il est facile pour un minéralogiste, même débutant, d'identifier un minéral comme une pyrite, du soufre ou une fluorite, il n'en est pas de même pour la majorité des espèces souvent peu rencontrées et peu connues. La détermination des espèces minérales est une entreprise qui, souvent, peut se révéler difficile. Elle nécessite à la fois une très bonne connaissance de la minéralogie et des minéraux, mais le plus souvent nécessite aussi l'utilisation de petit matériel ou d'instruments de mesures spécifiques à la minéralogie et à la gemmologie. Enfin une bonne documentation très étoffée, permettra d'interpréter mesures et observations afin de déterminer avec précision l'espèce de l'échantillon que l'on considère."

La classification des minéraux est basée, d'abord sur leur composition (chimie) ensuite sur leur structure physique (cristallographie). Ce qui amène à classer ensemble des minéraux qui ne se ressemblent pas. Ainsi le diamant  sera classé avec le graphite, leur composition chimique étant la même C (carbone), pourtant leur aspect diffère énormément ceci étant lié à leur structure, assemblage des atomes de carbone. L'or et le soufre appartiennent eux aussi à la même classe, il sont tous composés d'un seul élément chimique.

Titre détermination visuelle

La détermination visuelle ne permet d'identifier qu'un faible nombre d'espèces souvent très connues. On dira que la détermination à l'œil est réservée à des espèces très typiques et souvent rencontrées.

Alors comment faire pour les autres ?

Il y aura lieu d'utiliser certains instruments, car les critères chimiques et physiques qui les caractérisent ne sont pas perceptibles avec nos seuls sens. Il faudra alors effectuer des observations ou des mesures à l'aide de ces instruments. Selon que l'on est minéralogiste amateur débutant, ou plus chevronné, ou encore étudiant à l'Université, expert privé, ou chercheur, on n'utilisera pas les mêmes instruments.

Pourquoi ?

Il y a deux raisons majeures. La première tient à l'aspect financier, le coût d'instruments de laboratoire sophistiqués est très élevé. La seconde est liée au niveau de connaissances scientifiques. Posséder des instruments sophistiqués est à la portée de n'importe quel amateur pourvu qu'il soit fortuné, mais les connaissances scientifiques requises pour utiliser ces appareils nécessitent de longues études.

"Quels sont les critères les plus simples qui pourront aider un minéralogiste amateur ?"

ASPECT VISUEL A LA LOUPE :

L'observation à la loupe : c'est l'instrument qui ne devrait jamais quitter la poche du minéralogiste, elle sera aplanétique afin de ne pas déformer l'image. Le grossissement standard étant X10. L'idéale est la loupe pliante. On observera l'échantillon sous son aspect visuel pour rechercher les critères de forme, couleur, éclat, transparence, clivage, inclusions.

Loupe X10

ODEUR :

L'odeur :

 

Certains minéraux émettent une odeur caractéristique :

  • le soufre a une odeur particulière.

  • l'arsénopyrite