LA GITOLOGIE

logo FB share.png

" La gitologie est la science qui étudie les gisements (ou gîtes) de minéraux exploitables sous le vocable minerais. Son principal objectif est donc la prospection de concentrations minérales économiquement intéressantes. "

GITES ORTHO-MAGMATIQUES

Ils sont subordonnés à la présence, à une période donnée, d'un magma intrusif.


•    Les gîtes disséminés, on y trouve, dans des roches telles que les gabbros ou les péridotites, donc basiques, des minéraux annexes.

•    Les gîtes pegmatitiques, comme leur nom l’indique ce sont des minéraux que l’on trouve dans les pegmatites.

•    Les gîtes de ségrégation, ce sont des concentrations de minéraux ayant subit une différenciation par gravité lors de la cristallisation du magma et qui forment des lentilles ou des niveaux dans la roche.

•    Les gîtes pneumatolytiques se forment à partir de vapeurs chaudes de faible densité (H2O, CO2, H2S, HCl, F, Cl...) provenant du magma dont elles s’échappent ces minéraux cristallisent de façon isolée.
Le type de pneumatolyse les plus courants est :

•    L’assemblage de quartz et muscovite en greisen, un granite très pauvre en feldspath, dans ces gîtes on trouve fréquemment par concentration d'éléments normalement rares Li, B, Cl, No, Ta, Zi, U, Th,  lépidolite, phlogopite, béryls, topazes, tourmalines, cassitérites, fluorite…

Un gîte métallifère est pneumatolytique lorsque le transport des éléments minéraux dans les fractures s'est produit à l'état de vapeur.


•    Les gîtes de contact ce sont les skarns, des roches carbonatées enrichies en silicates par les pyroxènes, l’épidote et le grenat et autres minéraux chalcopyrite, molybdénite… Les skarns sont issus de la rencontre d’un pluton magmatique avec une roche encaissante calcaire magnésiens ou dolomie. Le magma s’infiltrant apporte des éléments Si, Al, Fe…à l’encaissant, métasomatose. Le pluton intrusif lui-même se skarnifie par endo métamorphisme. On distingue donc deux types de skarns :

​•    Exoskarn pour celui de l’encaissant
•    Endoskarn pour celui de l’intrusif

Dans les skarns les minéraux sont très variés, « un skarn est un musée minéralogique naturel » (in Aubouin et Al).
•    Les gîtes de fumerolles, sont liés à l’activité volcanique, les minéraux sous forme de vapeurs sortent des évents et se cristallisent au contact de l’air froid, le plus connu des minéraux de ces gisement est le souffre issue des solfatares mais aussi des halogénures.

GITES HYDROTHERMAUX

Les gîtes hydrothermaux sont des concentration minérale ou métallifère formée à partir de fluides aqueux, dont la température est inférieure au point critique de l'eau soit 473°C. Ces fluides transportent des solutions complexes d’éléments chimiques. Ces fluides précipitent quand la température et la pression diminuent, la solution devient sursaturée et des cristaux se forment. Ce peut être aussi le cas par changement de la composition chimique et de l'acidité du milieu qui provoque la sursaturation de la solution.
Ces fluides ont trois origines possibles :

•    Les eaux météoritiques superficielles ou celles de ruissellement infiltrées par des fractures dans le sous-sol et qui se réchauffent, on les appelle « eaux vadoises ».
•    Les eaux des sédiments humides qui lors de la compaction sont expulsées par la pression des sédiments supérieurs et s’écoulent dans des fractures, on les appelle « eaux connées ».
•    Les eaux exprimées par le magma qui cristallise. Comme on le sait le magma est hydraté et contient jusqu’à 10% d’eau. Ces eaux sont nommées « eaux juvéniles ».

Les eaux hydrothermales circulent dans les fissures de la roche, quand ces fissures sont tapissées de cristaux on les appelle filons. Certains endroits les fissures peuvent être volumineuses, très larges on les appelle alors géodes.
Selon la température de cristallisation des minéraux, on distingue :

•    les filons de haute température ou hypothermaux (entre 300 et 473°C).
•    les filons de moyenne température ou mésothermaux (entre 150 et 300°C).
•    les filons de basse température ou épithermaux (entre 50 et 150°C).

Les gîtes dit de fentes alpines sont hydrothermaux.

GITES SEDIMENTAIRES

Les gîtes sédimentaires sont issus du processus conduisant aux dépôts de sédiments dans les mers, lacs, sebkhas, lagunes, etc.

 

On distingue plusieurs types de gîtes sédimentaires :

  • Les gîtes détritiques issus de l’érosion qui réduit la roche en grains qui sont entrainés par les eaux de ruissellement sur des distances très courtes à très longues en raison du tri granulométrique qui s’opère en raison de la densité des détritus. Il y a alors des concentrations alluvionnaires qui se forment. Les plus connues étant celles de l’or dans les ruisseaux, rivières et fleuves.

  • Les gîtes résiduels sont issus du lessivage par l’eau météoritique de certains éléments chimiques de la roche mères, il y a concentration des éléments insolubles tel Al ou Ni, qui restent sur place. Les gisements de bauxite et de nickel sont les plus connus avec les latérites.

  • Les gîtes d’oxy-réduction, ils produisent des minéraux secondaires. L’oxydation de minéraux métalliques primaires entre la nappe phréatique, niveau hydrostatique, et la surface du sol est produite par la circulation des eaux pluviales.

  • En dessous du niveau hydrostatique l’oxygène étant beaucoup moins présent on a alors une zone réductrice, parfois appelée zone de cémentation.

C’est le cas des « chapeaux de fer » où l’on a une très forte concentration d’hydroxyde de fer.


Sous la zone de réduction on trouve aussi des gîtes métallifères non altérés, les protores.

Travailler sérieusement sans se prendre au sérieux !

Travailler sérieusement sans se prendre au sérieux !

logo FB share.png

* Les rubriques marquées d'un astérisque sont obligatoirement renseignées.