Système solaire
logo FB share.png

"Il  y a environ 4.667 Ga dans la galaxie de la Voie Lactée, une étoile meurt en super Nova, elle explose, se vaporise en gaz et en poussière, des grains de matière très chaude, pour former une nébuleuse, un gigantesque nuage proto solaire. C'est le début de l'Histoire du système solaire dont fait partie la Terre."

Schéma chronologique de l'origine du système solaire
Nébuleuse du Crabe, les restes de la supernova de l'an 1054.

Après quelques millions d'années la gravité entraîne les gaz et les grains de matière dans un ballet qui donne rapidement naissance à une nouvelle étoile, le soleil. Mais toute la matière ne va pas se concentrer dans cette étoile. Des planétoïdes vont se former tout autour sur des orbites plus ou moins régulières. La matière s’organise.

 

L'astrophysicien Carl Friedrich von Weizsäcker (1912 - 2007)  a étudié l'énergie de liaison entre nucléons et les processus nucléaires au sein des étoiles. Il se consacra à ce dernier sujet de recherche en compagnie de Hans Bethe. Ils découvrirent une formule des processus nucléaires des étoiles, appelée "Formule de Bethe-Weizsäcker", ainsi que le procédé cyclique de la fusion nucléaire dans les étoiles "processus de Bethe-Weizsäcker, publié en 1937". Démontrant ainsi que le Soleil et les planètes s’étaient formés à partir d'un nuage de gaz et de poussières en rotation il y a 4.56785 milliards d'années.

 

La naissance du soleil.

Un exemple

L’étoile HL Tauri, une usine à planètes située à 450 années-lumière de notre Terre...

"Une image du Very Large Telescope (VLT) montre une jeune étoile, HL Tauri entourée d’un nuage de poussières et de gaz qui fromeront de nouvelles planètes."

ALMA_HL-couverture-750x400.jpg

Image de 2014, HL Tauripar le radiointerféromètre ALMA

(Atacama Large Millimeter / submillimeter Array)

HL Tauri, une très jeune étoile (qui possède un âge situé entre 100 000 et 1 million d’années), située à environ 450 années lumière de la Terre, elle appartient à la classe spectrale K9 classification de Harvard qui attribue un type spectral à une étoile.  Dès 2014, le radiointerféromètre ALMA (Atacama Large Millimeter / submillimeter Array) avait fait une image de ce système planétaire en formation.

VLT HL Tauri.jpg

La jeune étoile “HL Tauri” , capturée par le VLT : les «grumeaux» représentent les
nouvelles planètes en formation.
Crédits : Carrasco-Gonzalez et AL / Bill Saxton / NRAO / AUI / NSF.

Cette nouvelle image par le VLT (Very Large Telescope, au Nouveau-Mexique), est beaucoup plus précise que cette de 014. Le VLT capture des longueurs d’ondes qui permettent de pénétrer dans les poussières entourant l’étoile beaucoup plus profondément. Au centre on distingue parfaitement l’étoile en formation. On observe sur cette nouvelle image les première phases de l’accrétion des planètes en formation dans le disque de pussières qui s’est aplatit autour de l’étoile.

« Un tel phénomène n’avait encore jamais été observé auparavant. On pensait que les planètes s’étaient formées au moins quelques dizaines de millions d’années après la naissance de leur étoile. Nous avons de nombreuses observations de naissance d’étoiles, mais jamais d’une phase aussi précoce de la formation de planètes”, commente Carlos Cattasco-Gonzalez, astronome.

Texte publié d’après une publication dans Astrophysical Journal Letters.

 

 

 
 

Les classes d’étoiles

Tableau des différentes caractéristiques des étoiles, par « classes ». On l’appelle « classification de Harvard ». De haut en bas, de la classe O pour les étoiles les plus massives à la classe M, pour les moins massives. On identifie la classe d’une étoile depui ses différents spectres (longueurs d’onde).

classification-harvard-étoiles-trustmysc

La classification de Harvard attribue un type spectral à une étoile et correspond, globalement, à une échelle de température.


Crédit : Trustmyscience.com

ACCRÉTION ET DIFFÉRENCIATION DE LA MATIÈRE POUR FORMER LES PLANÈTES TECTONIQUES