" L'ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit ! "

POUR EN FINIR AVEC LA LITHO THERAPIE . . .
UNE MINE D'OR POUR LES ESCROCS . . .

" Il est vraie que la science, même au XXIème siècle, n'explique pas tout et que des choses inexplicables se produisent mystérieusement. Des personnes ont des dons de guérisseurs, c'est le cas pour les brûlures, les zonas, les verrues etc... et en général, les gens qui possèdent ces dons en font rarement commerce
Mais le commerce de la litho dite thérapie, alors que ce mot, thérapie, est réservé à la médecine, est un véritable raz de marée, tellement il rapporte à celles et ceux qui le pratiquent en ignorant tout de la minéralogie, de la médecine et de la science en général.

N'importe quel beau parleur promet de vous guérir de tous vos maux, de vous protéger de vos ennemis et même parfois de vous rendre riche en vous vendant des minéraux le plus souvent rebaptisés de noms farfelus, qu'ils ont inventés. "

Mon expérience :

j'ai été LE témoin de l'achat de débris de quartz-massif, jaune pisseux,
acheté devant moi 5$ la livre (454 g) à une Malgache et
revendu comme azeztulite,
nom inventé par les lithos machins, 
5€ le gramme par la même personne.
 
C'est ce que je dénonce !
Logo, Le Figaro sante.

Voici un très bon article de presse paru en novembre 2019 dans LE FIGARO santé sous la plume de Cécile Thibert, journaliste.

L’engouement autour de la lithothérapie n’est pas nouveau. Cette pratique qui prétend soigner toutes sortes de maladies à l’aide de simples cristaux a été popularisée dans les années 1970 par le mouvement New-age, comme le relate le pharmacien Pierre-Yves Boudard dans sa thèse publiée en 2005 (lien vers le téléchargement). Depuis quelques années, de nombreuses stars, comme Naomi Campbell ou Adèle, ne cessent d’en faire l’apologie. Des articles de presse et reportages télévisés enthousiastes lui sont fréquemment consacrés. Depuis 2017, on ne compte plus le nombre d’émissions qui en ont fait les louanges, en particulier sur les chaînes publiques comme France 2France 3 ou encore France bleu. Inquiétant !

 

Pas de preuve d’efficacité

Il faut dire que la promesse est grande: les prétendus pouvoirs des cristaux semblent infinis. Tout du moins si l’on en croit la flopée de sites internet (le plus souvent marchands...) consacrés à ce sujet. Sur lithotherapie.net, on apprend ainsi que l’aigue-marine préviendrait les crises cardiaques ou encore que la constipation pourrait être soulagée par un élixir d’ambre. Sur quelle base scientifique ou médicale? Nul ne le sait. Aucune étude ne l’a jamais démontré en tout cas.

Les «litho thérapeutes» ne manquent évidemment pas d’imagination et de termes pseudoscientifiques pour tenter d’expliquer le pouvoir de leurs cristaux (et de les vendre, c’est bien commode). Ainsi, sur le site internet de France minéraux - une bijouterie en ligne manifestement versée dans les pseudosciences , on apprend par exemple que «la pierre en question déclenche au contact de la peau une résonance vibratoire singulière qui va stimuler les minéraux organiques, retirant de potentiels dysfonctionnements corporels. Chaque minéral dispose d’une vibration unique et offre ainsi une activation des centres énergétiques (chakras)».

 

Une nouvelle forme d’énergie?

«C’est grotesque, réagit Christian Chopin, directeur de recherche au CNRS, spécialisé en minéralogie. Le monde minéral est caractérisé par son inertie: à la différence du monde vivant, il ne produit pas spontanément d’énergie (hormis les substances radioactives...). Vouloir parer les minéraux d’«énergies bénéfiques» ou d’une quelconque vertu thérapeutique par l’effet d’ondes spécifiques est du charlatanisme. Il n’y a tout simplement aucune interaction possible entre les cristaux et le corps humain.» Fin de l’histoire.

«Il n’y a aucune interaction possible entre les cristaux et le corps humain.»

Christian Chopin, directeur de recherche au CNRS, spécialisé en minéralogie

Que répondent les litho thérapeutes? Que «l’énergie» serait «différente» de celle décrite jusque-là par la science. Il s’agirait d’une énergie «spirituelle», «mystique». Pratique: «c’est un exemple assez typique de la façon dont les gens jouent la carte du mystère afin d’éluder les preuves scientifiques allant à l’encontre de leurs convictions en matière de phénomènes miraculeux ou surnaturels», rappelle le philosophe britannique Stephen Law sur son blog (traduction de l'objet du blog pour les non anglicistes).

Et quand bien même la lithothérapie engagerait une forme encore méconnue d’énergie, les outils scientifiques actuels devraient en principe permettre de la détecter. «Il n’y a pas de raison de penser que la méthode scientifique ne convient pas pour enquêter sur les prétendus pouvoirs des cristaux», souligne Stephen Law.

 

Une tactique bien rodée

La lithothérapie, comme toutes les autres pseudosciences (l’homéopathie par exemple), joue avec les fragilités inconscientes de la pensée humaine. Nous sommes tous tentés de croire qu’il existe un traitement miraculeux au mal dont on peine à se débarrasser, qu’il s’agisse de migraines, d’un mal de dos ou d’une maladie plus grave. Et l’homme a la fâcheuse tendance de relier entre eux des événements (tenir un cristal dans sa main et constater une amélioration de sa santé, par exemple), quand bien même il n’existerait aucun lien de cause à effet. C’est ce qu’on appelle en psychologie l’illusion de corrélation.

Pourquoi tant de gens continuent-ils alors de tomber dans le panneau? Parce que les litho thérapeutes sont habiles. Ils appuient leur argumentation sur de prétendus travaux de «scientifiques» qui auraient découvert telle ou telle propriété miraculeuse, sans jamais les nommer. Ils n’hésitent pas à justifier leur pratique par son ancienneté : dans l’Antiquité, les Égyptiens enterraient leurs défunts avec de tels cristaux. C’est l’appel à la tradition.

Ultime argument utilisé: puisque des gens disent que les cristaux sont efficaces, c’est qu’ils le sont. Les psychologues parlent d’«appel à la majorité», une technique partagée par tous les charlatans modernes. Imparable.

 

Dérive sectaire

Promesse d’une guérison miracle, mise en valeur de bienfaits impossibles à mesurer (l’amélioration du «karma» ou de «la circulation des énergies internes», par exemple), vente de pierres «miraculeuses», usage d’un langage pseudoscientifique complexe, invocation de «principes scientifiques» qui n’existent pas... Derrière son vernis de médecine «douce», la lithothérapie est avant tout une pseudo-thérapie à tendance sectaire. Elle répond en tous points aux critères établis par la Mission intergouvernementale de lutter contre les dérives sectaires.

 

Effet placebo

Quant aux personnes dont l’état de santé s’améliore réellement au contact des cristaux, ils ont tout simplement bénéficié de l’effet placebo. Dans le cas de la lithothérapie, cela a été démontré par une étude de 2001. Un psychologue britannique, Chris French, a recruté 80 volontaires à qui il a proposé un questionnaire visant à évaluer leur niveau de croyance dans les phénomènes paranormaux. Par la suite, les participants se sont vus remettre ce qu’on leur a décrit comme étant un cristal de quartz. Il leur a ensuite été demandé de méditer avec ces objets puis de partager leur ressenti.

Sans surprise, les personnes ayant le plus fort niveau de croyance dans les phénomènes surnaturels, ont aussi été celles qui ont ressenti les plus forts effets. Même lorsqu’elles avaient reçu... un faux cristal, un simple bout de verre, ce qui était le cas pour la moitié des participants.

 

Conclusion: le pouvoir attribué aux cristaux est purement psychologique.

 

Des risques réels

Pour une personne en bonne santé, la lithothérapie n’est pas dangereuse en soi, mais elle peut constituer une porte d’entrée vers des pseudo-thérapies toujours plus coûteuses.

Pour une personne malade, l’enjeu est tout autre. «S’appuyer sur les prétendus pouvoirs des cristaux quand on est gravement malade peut vous coûter la vie», résume Edzard Ernst, professeur honoraire à l’université d’Exeter et grand spécialiste de l’étude des médecines dites alternatives.

«S’appuyer sur les prétendus pouvoirs des cristaux quand on est gravement malade peut vous coûter la vie.»

Edzard Ernst, professeur honoraire à l’université d’Exeter et grand spécialiste de l’étude des médecines dites alternatives

 

Lors d’une audition au Sénat en novembre 2012, Didier Pachoud, président du groupe d’études des mouvements de pensée en vue de la protection de l’individu, a ainsi rapporté le cas d’une femme atteinte d’un cancer. Cette dernière a choisi de se tourner vers les médecines douces, refusant les traitements conventionnels. «La victime a été convaincue de s’acheter un lit de cristal, supposé la guérir, pour un coût de 5 000 euros : la lithothérapie est une pratique onéreuse... Elle est morte sans soins.»

La thèse pour le diplôme de docteur en pharmacie de
Pierre-Yves Boudard.

Le texte du PDF est le mémoire de thèse de doctorat d'un étudiant en pharmacie qui à fait de nombreuses recherches pour étayer cette thèse, qui, il faut bien le dire, remet les pendules à l'heure tout comme l'article du Figaro.

Alors si vous êtes malade faite confiance à votre médecin et n'écoutez pas les charlatans qui vous vendrons des cailloux en s'enrichissant sur votre état de faiblesse.

Pour les personnes qui ne lisent pas l'anglais j'ai traduit l'objet du blog de Stephen Law...

" Voici un bref extrait de mon livre Believing Bullshit ( Croire aux conneries ).


Le professeur Christopher Français et ses collègues Lyn Williams et Hayley O’Donnell de l’Unité de recherche en psychologie anomalistique de Goldsmiths, Université de Londres, ont mené une étude sur l’affirmation selon laquelle les cristaux ont des pouvoirs inhabituels qui peuvent être détectés lorsqu’ils sont détenus.


L’article qui en a résulté a été présenté à la conférence annuelle du centenaire de la British Psychological Society à Glasgow en 2001. L’étude a comparé les réactions d’un groupe de volontaires à qui on a dit de méditer tout en serrant de vrais cristaux achetés dans des magasins « New Age » avec un groupe témoin ayant reçu de faux cristaux. Ceux qui ont reçu de vrais cristaux ont signalé des pouvoirs de concentration plus élevés, des niveaux d’énergie accrus et un meilleur bien-être spirituel. Cependant, exactement les mêmes sentiments ont été rapportés par ceux qui détenaient de faux cristaux. Cette expérience a répété une expérience antérieure dans laquelle l’expérimentateur, Williams, savait quels cristaux étaient réels et lesquels étaient faux, et donc ce n’était pas « en double aveugle ». Cette deuxième étude était en double aveugle. Le résultat ? Aucune des deux expériences n’a trouvé de différence dans les effets rapportés entre les vrais et les faux cristaux. Richard Wiseman, un collègue de Français, a commenté les résultats: « La suggestion est que le pouvoir des cristaux est dans l’esprit plutôt que dans les cristaux eux-mêmes. »

Supposons que vous croyiez aux pouvoirs miraculeux des cristaux et, en particulier, à la capacité des gens à sentir le pouvoir des cristaux qu’ils manipulent physiquement. Mais on vous présente maintenant ces résultats expérimentaux qui suggèrent fortement, comme le note Wiseman, que les expériences que les gens ont à la suite de la manipulation des cristaux sont un produit du pouvoir de suggestion, plutôt que quoi que ce soit dans les cristaux eux-mêmes.

Oh, mon Dieu. Que fais-tu ?

Un commentateur sur un blog rapportant les expériences a répondu ainsi :

 

"Il y a beaucoup de choses qui existent au-delà du spectre visible de la lumière, et au-delà des cinq sens. Ne pas être en mesure de prouver l’existence de quelque chose ne réfute pas son existence. Beaucoup reste à découvrir. Vous feriez mieux de le découvrir en regardant en dehors de votre cadre de référence étroit."

C’est une curieuse collection de phrases.
Les trois premiers sont, bien sûr, tous vrais – en fait, ce sont des sentences.

Oui, il y a beaucoup de choses qui existent en jouant la carte du mystère au-delà du spectre visible de la lumière et au-delà des cinq sens. Les rayons X, par exemple. Il est indéniable que ne pas prouver l’existence de quelque chose ne réfute pas son existence. Et bien sûr, qui voudrait nier que « beaucoup reste à découvrir » ? Cependant, bien que les trois premières phrases soient des truismes, elles ne parviennent pas à s’engager avec les résultats expérimentaux. Ce que l’expérience a produit, c’est une preuve assez convaincante que certains des effets que les gens rapportent généralement sur la manipulation des cristaux – concentration accrue, bien-être spirituel, niveaux d’énergie accrus – ne sont pas le résultat d’une caractéristique particulière des cristaux eux-mêmes, mais plutôt du pouvoir de suggestion. Il est important de souligner que ce que nous examinons ici n’est pas une simple absence de preuve pour l’affirmation que les cristaux ont de tels effets, mais plutôt qu’il s’agit d’une preuve positive de l’absence de tels effets. Pourtant, remarquez comment, en réponse à cette preuve expérimentale, notre commentateur dit que « ne pas être en mesure de prouver l’existence de quelque chose n’est pas réfuter son existence », déformant ainsi les résultats de cette enquête comme une simple absence de preuve.


Qu’en est-il de la suggestion qu’il y a beaucoup de choses qui sont « au-delà des sens » (qu’il s’agisse d’un royaume surnaturel ou simplement du monde naturel qui serait plus largement ouvert) que les méthodes de la science ne sont pas bien adaptées à découvrir (étant trop « étroites »).
L’idée semble être que si nous voulons en savoir plus sur ce royaume inconnu, nous devons nous ouvrir à d’autres façons de savoir. Mais quelles autres façons de savoir ? Une enquête sur la littérature et les sites Web sur la guérison des cristaux suggère une combinaison de sentiments intestinaux et d’intuition (voir* « I just kow ») et une forte dépendance à diverses anecdotes sur les effets des cristaux, telles que les personnes censées être guéries, etc. (voir* Piling Up the Anecdotes).

 

C’est un exemple assez typique de la façon dont les gens jouent la carte du mystère afin de faire face à des preuves scientifiques convaincantes contre leurs croyances en des phénomènes miraculeux ou surnaturels.


La méthode scientifique a une feuille de route fantastique lorsqu’il s’agit de révéler ce qui se trouve au-delà du spectre visible de la lumière et qui est caché à nos cinq sens ordinaires. Comme je l’ai dit, les scientifiques ont découvert non seulement les rayons X, mais aussi les particules subatomiques, les galaxies lointaines, etc. On ne nous donne aucune raison de penser que la méthode scientifique n’est pas appropriée lorsqu’il s’agit d’enquêter sur les prétendus pouvoirs des cristaux.
En effet, bon nombre des affirmations faites au sujet des cristaux sont clairement scientifiquement inscrivables parce qu’elles ont des conséquences observables et empiriquement testables.
De plus, la science a produit de bonnes preuves qu’au moins certaines de ces affirmations sont fausses. Pourtant, notre commentateur rejette radicalement de telles découvertes scientifiques, les déformant comme une simple « absence de preuves ».


Pour aucun motif, et dans le cas de la preuve du contraire, notre commentateur insiste sur le fait que les méthodes scientifiques sont beaucoup trop « étroites » pour réfuter les diverses affirmations faites sur les cristaux.
 

Et bien sûr, son rejet de telles preuves scientifiques est livré avec un air d’humilité et de sagesse supérieure en contraste avec l’attitude implicite du « savoir-tout » des critiques scientifiques. "

*références à d'autres écrits

 

Since 03-12-2021