MINE D'ABBARETZ ET ARSENIC

retour dossier.png
logo FB share.png

LA GÉOLOGIE DE LA BRETAGNE EN QUELQUES MOTS

Deux milliards d’années d’histoire géologique bretonne ...

 

Par Florentin Paris - février 2018

Les archives géologiques bretonnes couvrent une période de plus de 2 milliards d’années et impliquent une grande diversité de roches sédimentaires, métamorphiques et éruptives. Celles ci représentent un véritable condensé de l’histoire de la Terre car elles traduisent les grands mouvements de l’écorce terrestre responsables de la formation des montagnes et des grandes modifications climatiques.

Le contact entre le gneiss Icartien et la microgranodiorite de Pleubian est ici enrobé par une coulée de solifluxion composée de limon et de loess.
Lithothèque de l'académie de Rennes

Les grands cycle structurants

À l’ouest du Massif armoricain, la Bretagne a acquis ses principales caractéristiques au cours de cycles de plissements majeurs : les cycles icartien, cadomien, varisque. Il n’y a pas d’Archéen en Bretagne mais, autour de la baie de Lannion, de petits affleurements de roches à composition granitique, datés de –1,8 à –2,2 milliards d’années (Protérozoïque inférieur), sont attribués au cycle icartien. Il s’agit des plus anciennes roches de France métropolitaine et même de l’Europe méridionale.

Pincipales étapes de l’édification du socle géologique de la Bretagne.

Le socle primitif

Le cycle cadomien débute vers –750 Ma et s’achève il y a 541 Ma. Il constitue le véritable soubassement de la Bretagne. On y trouve des matériaux variés d’âge protérozoïque supérieur, notamment d’anciennes boues et sables marins modifiés au cours du temps (surtout visibles en Bretagne centrale) et du matériel volcanique (coulées de laves, tufs, cendres présents dans le Trégor et autour de la baie de Saint-Brieuc). Entraînés en profondeur lors des plissements à l’origine des montagnes cadomiennes (–600 à –540 Ma), ces roches ont été profondément modifiées par la chaleur et la pression en donnant des micaschistes, des gneiss ou des granites d’anatexie. Ces roches métamorphiques sont bien représentées près de Brest, de Guingamp et de Saint-Malo. Le cycle cadomien s’achève par l’intrusion d’énormes massifs de granite, notamment vers l’est (Bécherel, Bonnemain, Fougères).

Carte géologique simplifiée de la Bretagne.

Le massif breton

Le cycle varisque démarre en Bretagne par le dépôt des restes de l’érosion des montagnes cadomiennes. On a d’abord des sables et des boues déposées dans une mer froide à tempérée, puis l’apparition de calcaires tropicaux avec des coraux (entre –410 et –370 Ma) et enfin les vestiges de luxuriantes forêts houillères (entre –350 et –300 Ma). Ces sédiments et fossiles traduisent un lent déplacement de la Bretagne de l’hémisphère sud vers l’Équateur. Le cycle varisque s’achève vers –320 Ma avec la formation d’une immense chaîne de montagne, résultat de la collision entre les plaques Gondwana (incluant la Bretagne) et Laurussia. Au cours de cette collision, les roches volcaniques et les sédiments marins déposés pendant plus de 150 Ma sont entraînés dans les profondeurs de l’écorce terrestre à la faveur de plissements gigantesques. Soumis à de fortes températures et pressions, ils sont profondément métamorphisés (modifiés en micaschiste, gneiss, migmatites, amphibolites). Ce type de roche est bien représenté dans le sud de la Bretagne (Loire-Atlantique, Morbihan, Finistère sud. D’immenses cassures (failles) accompagnent ces mouvements et participent au façonnement du massif breton. Le cycle varisque s’est achevé il y a 300 Ma avec la mise en place des derniers massifs granitiques (Ploumanac’h, Quintin, Le Hinglé).

Les derniers ajustements

Le démantèlement des montagnes varisques a débuté avant même la fin de ce cycle et s’est poursuivi au Mésozoïque. La Bretagne est alors devenue une île aplanie, sans doute parcourue par des hardes de dinosaures. Cette Bretagne insulaire, entourée d’une mer où se déposaient des boues calcaires, a été partiellement ennoyée lors d’épisodes de climats très chauds et de haut niveau marin, notamment au Crétacé supérieur (100 Ma). Il faut attendre le Cénozoïque pour retrouver des dépôts marins en Bretagne centrale. Il s’agit de sables coquilliers, connus sous le nom de faluns, déposés il y a 15 à 13 Ma dans un bras de mer reliant la Manche et l’Atlantique. Ce dernier retour significatif de la mer en Bretagne est sans doute un écho des mouvements alpins. Au Quaternaire (–2,6 Ma à l’actuel), lors des phases de froid les plus intenses, le développement d’immenses calottes glaciaires polaires a provoqué, à plusieurs reprises, une chute du niveau marin de près de 120 m. La topographie actuelle et le trait de côte de la Bretagne sont alors fixés.

A propos de l'auteur

Florentin Paris, né en 1945 à Bégard, partage à présent son temps entre Rennes et Crozon. Directeur de recherche au CNRS, il a développé des recherches en géologie, paléontologie et paléogéographie à l’Université de Rennes I (Géosciences). Il est l’auteur de près de 400 publications scientifiques.

RÉSUMÉ DES CONNAISSANCES SUR LE GISEMENT D'ABBARETZ...

 

Par Yves Lulzac - décembre 2019

Yves Lulzac est un ancien géologue minier qui a commencé sa carrière dans la recherche des gisements uranifères en Bretagne. Sa carrière s'est poursuivie à travers le monde où il est à l'origine de la découverte de plusieurs nouvelles espèces minérales la dernière étant la Lulzacite, un phosphate de strontium, qu'il a découvert à St Aubin des Châteaux en 1997.
Gemmologue de laboratoire à ses heures, il a rédigé un manuel de gemmologie qui fait autorité dans le monde entier.
Breton, il est aussi l'auteur de deux ouvrages sur les manoirs Bretons.

Cadre géologique et géométrie du gisement

Ce gisement est localisé dans un niveau schisteux peu métamorphique daté de l’Ordovicien (485 à 444 Ma) moyen (schistes de Saint Perreux), orienté Est-Ouest et penté vers le Sud d’environ 45 degrés. Ce niveau est intercalé entre les schistes d’Angers plus anciens, vers le Sud et une étroite formation gréseuse (grès d’Abbaretz) plus récente, vers le Nord.

La formation stannifère exploitée est constituée d’un ensemble de filons quartzeux en général peu puissants (de 20 à 50 centimètres de large en moyenne), plus ou moins lenticulaires et fusiformes, formant le plus souvent des trains de lentilles très irrégulières d’allure boudinée, tordue ou broyée qui empruntent la même direction et la même inclinaison que celle des schistes encaissants. Rares sont les filons que l’on peut suivre sans discontinuité sur quelques dizaines de mètres.

Cet ensemble filonien, d’allure très complexe dans le détail, forme un faisceau qui s’étale sur un front d’une quarantaine de mètres de largeur. Il a été suivi et exploité ici sur une longueur d’environ 750 mètres et une profondeur d’environ 60 mètres, soit une extension verticale filonienne d’environ 85 mètres.

Au contact de ces formations quartzeuses, les schistes encaissants sont en général chargés en très petits cristaux de tourmaline noire et présentent une altération très prononcée avec formation d’argile plus ou moins kaolinique conférant à cet ensemble une faible cohésion très favorable à une exploitation simplifiée car ne faisant que rarement appel à un abattage à l’explosif.

Minéralogie du gisement

Le minerai exploité est essentiellement constitué de cassitérite (oxyde d’étain de formule SnO2) que l’on trouve sous forme d’amas en général très mal cristallisés dont la taille varie de quelques millimètres à une vingtaine de centimètres au maximum. Ces amas sont toujours inclus dans le quartz filonien, très souvent en compagnie de micas blancs (muscovite) parfois abondants. Des minéraux sulfurés très peu abondants ont été remarqués sous forme de pyrite (sulfure de fer de formule FeS2) et d’arsénopyrite (ou mispickel, sulfure de fer et d’arsenic de formule FeAsS) dans les premiers mètres de l’exploitation. Dans les niveaux les plus profonds, les sulfures sont apparus d’une manière plus fréquente, toujours sous la forme d’arsenopyrite.

Historique du gisement.

La région située à l’Ouest d’Abbaretz était connue autrefois pour ses inégalités de terrain, parfois très accentuées, que l’on appelait « mardelles » et qui passaient pour être d’anciens retranchements gaulois ou gallo-romains. Ceci jusqu’en 1897, époque au cours de laquelle, le géologue Louis Davy démontra qu’il s’agissait en réalité d’anciennes exploitations de cassitérite, ce minerai très recherché dans l’Antiquité pour la fabrication du bronze.

Sur le site du Bois Vert, cette ancienne exploitation se manifestait sous la forme d’un fossé allongé et profond d’environ 17 mètres au maximum.

Suite à cette redécouverte, une demande de concession de minerai d’étain fut sollicitée par la Société Nantaise des Minerais de l’Ouest (S.N.M.O) filiale des établissements Carnaud Basse Indre, fondée en 1910. Cette concession lui fut accordée le 12 août 1920 pour une durée de 75 ans, mais qui sera prolongée à perpétuité par décret du 19 juillet 1957.

Commence alors une période de travaux de recherches destinés à préciser la morphologie du gisement, ses teneurs en étain et son mode possible d’exploitation.

Ces travaux commencent en 1911 par le fonçage d’une descenderie (ou galerie inclinée) pentée à 33 degrès destinée à reconnaître l’aval des travaux antiques. Malheureusement, la très mauvaise tenue des terrains a conduit à l’abandon prématuré de cet ouvrage dont la longueur totale de 105 mètres fut insuffisante pour parvenir à l’aplomb de la fosse principale. Seuls quelques lentilles quartzeuses peu minéralisées en cassitérite furent mises à jour. Ces recherches profondes furent donc provisoirement abandonnées en septembre 1921 car elles ne se justifiaient pas dans l’optique d’une exploitation souterraine du gisement : faibles teneurs apparentes en étain et terrains trop peu stables.

De 1942 à juillet 1943, la S.N.M.O. en association avec la Société d’Etudes et d’Exploitations Minières (S.E.T.E.M.), décide de reprendre les recherches en procédant au fonçage d’un puits de 36 mètres de profondeur donnant accès, au niveau 32, à une galerie en travers-bancs dirigée vers le Nord et longue de 165 mètres. A 65 mètres du puits cette galerie a recoupé un filon quartzeux bien minéralisé en cassitérite, Ce filon, qui à l’époque fut considéré à tort comme étant le plus riche, fut tracé sur une longueur de 96 mètres. On ne possède que peu d’informations sur la richesse réelle de ce filon mais on peut se douter que les résultats des échantillonnages ne furent guère satisfaisants car le gisement fut déclaré inexploitable en souterrain. D’autant moins que ces travaux furent également contrariés par une très mauvaise tenue des terrains ayant même entraîné un accident mortel.

De juillet 1943 à 1946, la S.E.T.E.M. ayant fait preuve d’un manque total de clairvoyance dans la conduite de ses travaux, la S.N.M.O. décida de poursuivre, seule, les investigations sous la direction de Mr. Henry Barzin, directeur général de la société Géomines à Bruxelles qui exploitait le gisement de cassitérite de Manono au Gabon.

Ceci, enfin, dans l’optique d’une exploitation à ciel ouvert.

Ces nouveaux travaux consistèrent en :

  •  L’exécution d’une galerie en travers-bancs à partir du niveau 12 du puits de la S.E.T.E.M. Cette galerie longue de 127 mètres a permis de confirmer la poursuite, vers l’amont, des formations minéralisées recoupées au niveau 32. Ceci malgré la présence de passages remblayés correspondant aux travaux antiques.

  • L’échantillonnage détaillé de ces deux travers-bancs.

  • L’exécution, en surface, de 42 sondages verticaux au trépan de gros diamètre. Ils étaient équidistants de 20 mètres suivant 9 profils orientés Nord-Sud, eux-mêmes équidistants de 200 mètres. Leur profondeur variait de 25 à 150 mètres et les échantillons recueillis par passes de 1 mètre ont été traités à la battée.

 

A l’issue de tous ces travaux, il est apparu que ce gisement consistait en un faisceau de filons quartzeux d’environ 48 mètres de largeur réelle, sur une longueur horizontale de 800 mètres et à teneur moyenne de 2.660 grammes de cassitérite au m3 de tout-venant. Cet ensemble étant constitué en grande majorité de terrains très altérés et d’extraction aisée à ciel ouvert. Ceci contrairement aux terrains limitant le faisceau minéralisé vers le Nord et vers le Sud dont l’altération, beaucoup moins intense, coïncidait avec l’affaiblissement rapide, mais non tranché, des minéralisations stannifères

 

De janvier 1952 à décembre 1957, c’est la période la plus active puisqu’elle correspond à la mise en exploitation du panneau, tel qu’il avait été défini par les sondages au trépan, et qui fut dénommé « bloc Hector Pétin ».

L’exploitation devait s’étendre sur une longueur d’environ 750 mètres mais, en réalité, elle a surtout porté sur la moitié occidentale du gisement à la suite de la découverte d’une faille transverse ayant eu pour effet de rejeter de 50 mètres vers le Sud le tronçon oriental du gisement. Ce dernier paraissant moins minéralisé que son homologue occidental.

Bilan de l’exploitation.

Au total, il aura été extrait de cette exploitation à ciel ouvert :

  • Environ 2 millions de m3 de minerai dont environ 556.000 m3 de quartz.

  • Environ 1.735.000 m3 de découverture stérile, laquelle constitue actuellement ce que l’on nomme la « butte d’Abbaretz ».

  • 3.743,4 tonnes de concentré marchand titrant en moyenne générale 67,5% d’étain métal. Soit une production voisine de 2.527 tonnes d’étain métal.

Normalement, le potentiel théorique de ce gisement à la fin de son exploitation aurait dû être de 5.320 tonnes de concentré marchand, compte tenu de la teneur moyenne calculée au départ de 2.660 grammes de cassitérite au m3, et en supposant une récupération de 100%. D’où une perte de 1.577 tonnes de minerai correspondant à un rendement médiocre d’environ 70%. Rendement que l’on pourrait éventuellement expliquer par une surestimation initiale de la teneur moyenne du gisement.

Cependant, et sachant que le rendement d’un atelier de traitement de minerai d’étain n’est jamais de 100% mais plutôt de 75% à 85%, il faut admettre que la bonne marche de cette laverie a réellement été perturbée de différentes manières, tout du moins si l’on s’en réfère aux rapports et remarques formulées à l’époque. A savoir :

  • La modification du schéma d’extraction consécutive à la découverte de la faille transverse.

  • La modification de la méthode d’extraction par suite de l’obligation non prévue de miner les lentilles quartzeuses les plus importantes.

  • La mauvaise adaptation du système de concentration à un minerai extrêmement hétérogène, très différent du gisement de Manono qui avait alors servi de modèle pour l’étude du traitement. L’on sait, par exemple, que certains appareils de traitement (les jigs et les tables à secousses en particulier) étaient fréquemment engorgés par de brutales et imprévisibles arrivées de minerai à forte teneur ayant conduit à des pertes évaluées à 25% et peut-être même plus.

  • La mauvaise formation du personnel de laverie car l’encadrement ne comptait aucun laveur de métier.

  • Les conflits permanents entre le siège de la S.N.M.O. et les directeurs locaux qui eurent pour conséquences de nombreux gaspillages de temps et de matériel ainsi qu’un mauvais entretien des appareils de lavage et des machines d’extraction.

 

Finalement, ce mauvais taux de récupération, s’ajoutant à la baisse des cours de l’étain à partir de l’année 1957, puis à la hausse des prix de revient, seront à l’origine de la fermeture prématurée de cette exploitation.

Exploitation qui ne fut jamais rentable à cause principalement des très gros investissements en matériel d’extraction, entre autres dans l’achat d’énormes pelles électriques américaines de marque Bucyrus-Erié qui se révéleront inadaptées à la taille, finalement modeste, du gisement. A cause également de la chute des rendements en laverie.

Mode de traitement du minerai.

Il s’agissait d’un traitement classique adapté à un minerai de type alluvionnaire.

En entrée de laverie, le minerai subissait un débourbage destiné à éliminer les argiles et les fines particules de micas. Puis les éléments quartzeux et les fragments de roches non altérés étaient concassés et broyés pour produire des sables et gravillons destinés au traitement gravimétrique habituel. Ce dernier traitement, qui assurait la séparation de la cassitérite de sa gangue, faisait appel à des batteries de bacs à piston (jigs) et à des tables à secousses. Lorsque les sulfures apparurent d’une manière relativement abondante en fin d’exploitation, ces derniers ont fait l’objet de tentatives de séparation par des opérations de flottation sur des tables spéciales mais sur lesquelles on ne possède aucune information précise.

Activités de la S.N.M.O. à l’intérieur de sa concession mais en dehors du site du Bois Vert.

Cette concession, d’une superficie de 938 hectares, s’allonge sur 8,5 km depuis le bourg de Nozay jusqu’au-delà du bourg d’Abbaretz. En réalité elle couvre l’intégralité d’un faisceau filonien ininterrompu mais dont la minéralisation n’est pas distribuée d’une manière homogène. A l’ouest du site exploité du Bois Vert, au moins trois autres sites minéralisés étaient déjà connus pour avoir fait l’objet de travaux antiques. Ces sites ont également fait l’objet de travaux de recherches de la part de la S.N.M.O. et ceci dès 1911. Ils sont connus sous le nom de Beaulieu, le Bé et le Maire.

Comme au Bois Vert, ces travaux de recherches ont consisté en puits, galeries et sondages au trépan. Avec pour résultats la mise en évidence d’un gisement potentiel sur le site de Beaulieu, équivalent à celui du Bois Vert et qui, normalement, devait prendre la suite de l’exploitation de ce dernier.

De tous ces travaux, qui ne furent jamais de véritables travaux d’exploitation, on évalue la quantité de cassitérite extraite sur le site de Beaulieu à environ 4,3 tonnes, et à environ 120 tonnes sur le site du Bé.

L’existence, immédiatement à l’Est du bourg de Nozay, d’un affleurement de granite kaolinisé et également stannifère, fut mise en évidence tardivement, et d’une manière fortuite, à la suite des travaux préparatoires à la mise en exploitation du site de Beaulieu. Ce site, dénommé Ville Foucrée, fit également l’objet de recherches au moyen de petits puits peu profonds, de sondages à l’aide de gouges Banka, et de 2 sondages au trépan. Par la suite, des sondages carottés ont été effectués par la Société Minière et Industrielle de Rougé.

Activités de 1966 à 1973.

A partir de 1966, le B.R.G.M. seul ou en syndicat avec la S.E.E.M.I., la Co.Mi.Ren. et Bethleem Steel. a décidé de reprendre l’étude du district d’Abbaretz, aussi bien sous l’angle « alluvionnaire » que sous l’angle « gîtes primaires », à l’intérieur ou à l’extérieur de la concession S.N.M.O. Seul, le site du Bois Vert ne fut pas étudié puisque déjà exploité.

Les méthodes mises en œuvre à l’intérieur de la concession furent très variées, consistant principalement en prélèvements alluvionnaires et éluvionnaires, tranchées, sondages à la tarière à main, sondages percutants au wagon-drill, sondages au marteau fond-de-trou classiques ou de type Saturne, et sondages carottés.

De toutes ces méthodes, aucune ne se montra vraiment adaptée à la morphologie particulière du minerai d’Abbaretz, soit par la profondeur insuffisante des tranchées qui ne parvinrent jamais à franchir le plancher des travaux antiques, soit par le volume insuffisant des échantillons récupérés par les différents types de sondages.

Seuls, des échantillons de gros volume obtenus par sondages de gros diamètre en tubage continu , étant susceptibles de cerner au plus près les teneurs réelles des terrains minéralisés.

La synthèse de tous les résultats obtenus a confirmé l’intérêt des sites de Beaulieu, du Bé ainsi que du Maire, mais plus particulièrement celui de Beaulieu qui avait été déjà mis en relief à l’issue des sondages S.N.M.O.

A lui seul, ce site présente un potentiel qui justifierait actuellement une mise en exploitation avec ses 2.650.000 m3 de minerai à teneur moyenne voisine de 2.000 g/m3 de cassitérite. Soit 5.300 tonnes de cassitérite ou 3.975 tonnes d’étain métal.

En ayant à l’esprit que ce site présente les mêmes caractéristiques d’exploitabilité que celui du Bois Vert, sauf que le minerai se situe dans un contexte beaucoup plus altéré et riche en micas, facilitant ainsi son mode d’extraction et de traitement.

Un essai d’exploitation fut tenté en juin 1973 mais qui fut arrêté prématurément pour avoir été implanté dans un contexte stérile situé beaucoup trop au Sud au toit du faisceau minéralisé. Ceci à la suite de contraintes d’occupation des sols.

Les sites du Bé et la Ville Foucrée, apparemment de moindre importance, peuvent également fournir un appoint de plus de 2.300 tonnes de cassitérite ou 1.725 tonnes d’étain métal. Sans compter sur une réserve substantielle d’argile kaolinique à la Ville Foucrée.

En dehors de la concession, ces recherches ont conduit à la découverte d’un site minéralisé jusqu’alors inconnu, même des gallo-romains, situé à peu de distance à l’Est du bourg d’Abbaretz (site de la Villeneuve-la Ribaudais). Ayant les mêmes caractéristiques morphologiques et structurales que celui du BoisVert, son potentiel s’élèverait à environ 900.000 m3 de minerai à teneur de 1.200 g/m3, soit 1.080 tonnes de cassitérite ou 810 tonnes d’étain métal. Ceci à l’issue d’échantillonnages par tranchées et travaux miniers conduits au moyen d’un puits de 22 mètres de profondeur et de 64 mètres de galerie.

Un essai de traitement fut conduit à la Villeneuve sur un volume de 60 m3, suivi par un essai d’exploitation à la Ribaudais lequel, malheureusement, fut implanté sur une zone stérile à la suite d’une erreur d’échantillonnage intervenu lors du relevé des tranchées.

Travaux de recherches réalisées de 2015 à 2018.

La société Variscan Mines, à capitaux principalement australiens, obtint un permis exclusif de recherches en avril 2015 englobant très largement le district de Nozay-Abbaretz.

Ses travaux se sont bornés à des recherches amont dans le périmètre de la concession S.N.M.O. Essentiellement basées sur une étude géochimique des sols, précédée d’une étude bibliographique, ces recherches ont mis en évidence des anomalies en arsenic et étain qui n’ont fait que confirmer ce que l’on connaissait déjà sur le parcours du faisceau minéralisé en surface. Ces recherches, réalisées à grands frais, pouvant être, à la rigueur, assimilées à un simple état des lieux dressé avant l’exécution de travaux plus importants.

Travaux qui, bien évidemment, n’eurent jamais lieu compte tenu du contexte social actuellement en vigueur en France

 

LE PROBLÈME DE L'ARSENIC DANS LE PÉRIMÈTRE DE L'ANCIENNE MINE ...

QUAND L'ETAT OUVRE LE PARAPLUIE ...

Article publié le 5 Juil 19 à 15:43 sur le site actu.fr
https://actu.fr/pays-de-la-loire/abbaretz_44001/mine-terril-dabbaretz-lacces-restreint-suite-dune-pollution-larsenic-grillages-installes_25698910.html

Mine et terril d’Abbaretz : l’accès restreint à la suite d’une pollution à l’arsenic, des grillages installés.

À cause d'une pollution à l'arsenic, l'accès au site de la mine d’Abbaretz (Loire-Atlantique) va être restreint. Des grillages sont installés autour du terril.
Pollué à l’arsenic, le site de la mine ne sera plus aussi accessible qu’auparavant. (©L’Éclaireur de Châteaubriant)
C’est une décision lourde de conséquence, annoncée jeudi 4 juillet 2019, qui risque de faire grincer pas mal de dents. L’ancien site minier du Bois Vert, à Abbaretz (Loire-Atlantique), sera interdit à la majeure partie des activités de loisirs habituellement pratiquées sur les terrils. À cause d’une pollution à l’arsenic.
De nombreux habitants ont participé à la réunion publique organisée jeudi 4 juillet, par les services de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal). Mohamed Saadallah, sous-préfet de Châteaubriant (Loire-Atlantique) Ancenis, a défendu la décision de l’État d‘interdire l’accès, dès cet été, à une large zone englobant les terrils.



Seul le chemin balisé et l’accès au sommet du terril restent praticables
Par conséquent, c’est la fin de la pratique du trail, des descentes des terrils en VTT ou en BMX. Terminées les balades à cheval ou les simples promenades en dehors du seul chemin balisé. L’accès au sommet du terril principal reste également possible.
 Le maire Jean-Pierre Possoz (accroupi à droite) parmi ses administrés, pendant une soirée mouvementée. (©L’Eclaireur de Châteaubriant)
Le maire Jean-Pierre Possoz, qui a toujours fait du terril un atout d’attractivité pour Abbaretz, est revenu sur cette décision.
C’est un moment qui n’est pas simple à vivre pour l’ensemble des élus de la commune. »
Des travaux ont déjà débuté sur le site, ce vendredi 5 juillet 2019. Ils visent à améliorer le balisage du chemin de randonnée, clôturer avec des grillages les accès aux zones incompatibles avec l’usage de promenade » et informer de l’interdiction d’accès par des panneaux.



L’arsenic principal responsable
Pour étayer cette décision, les autorités de l’Etat s’appuient sur les études réalisées par le Bureau de recherche géologique et minière (BRGM), qu’a détaillé Jean-Dominique Barbichon.
L’exploitation de cassitérite à ciel ouvert, aura permis, entre 1952 et 1957, d’extraire 3 750 tonnes de concentrés de minerai d’étain, par simple concassage et sans utilisation de produits chimiques. Le minerai extrait contient naturellement des minéraux sulfurés qui, sous l’effet des éléments météorologiques, libèrent les métaux qu’ils contiennent, comme le fer, le cobalt et, surtout l’arsenic. »
 Seule la promenade sur le chemin balisé sera désormais autorisée. (©L’Éclaireur de Châteaubriant)
En 2004, la concession est revenue à l’État, la commune restant propriétaire du foncier. C’est donc aux services de l’État, par l’intermédiaire du BRGM, que des études historiques et de vulnérabilité ont été confiées.
Depuis deux ans, nous avons effectué 180 mesures pour quantifier les éléments chimiques et une dizaine de prélèvements et d’analyses d’eaux souterraines dans les puits de particuliers. Il y avait des teneurs supérieures aux teneurs naturelles en aluminium, étain ou arsenic. »


L’ARS relativise la situation
L’évaluation des risques sanitaires laisse apparaître une possibilité d’ingestion et d’inhalation de poussières. C’est ce que relate Koulm Dubus, chef du service risque à la Dreal.
Le rapport qui nous a été soumis indique qu’en dehors d’une promenade le long du chemin de randonnée et sur la montée au belvédère du terril conique, les autres usages ne sont pas compatibles avec le site. Nous avons aussi identifié l’usage d’eau non compatible de deux puits à proximité du site. »
La représentante de l’Agence régionale de santé (ARS) a voulu relativiser, en montrant que les chiffres ne sont pas alarmistes.
La dose d’exposition chronique à l’arsenic représente un risque pour la santé. Les seuils officiels sont très protecteurs, chiffrés à un maximum de 1 pour 100 000. Ici, sur le site, nous sommes à 1,4. »


Les habitants s’interrogent sur cette décision

  • Un participant à la réunion, féru de géologie, a lui expliqué la présence naturelle d’arsenic dans le sol. « On cherche à nous faire peur et on dramatise la situation. »

  • Un autre Abbarois s’interroge :

    • L’espérance de vie est-elle plus faible chez nous que dans les communes comparables ? »

  • Un autre demande une étude sérieuse et chiffrée de la mortalité au cours des 50 dernières années

  • Quand un dernier s’interroge sur les effets sur la faune pourtant bien présente et en nombre sur le site.

En rouge, le périmètre interdit aux activités.

©Préfecture de Loire-Atlantique

 

A LA SUITE DE CETTE RÉUNION, SUITE A MES INTERVENTIONS,  J'AI ÉTÉ INTERPELLÉ DE NOMBREUSES FOIS PAR DES HABITANTS DE LA COMMUNE QUI ÉTAIENT INQUIETS ...

Durant l'été j'ai été absent longtemps, vacances puis voyage au Liban. A la mi-octobre dans un premier temps j'ai étudié le sujet, me penchant sur l'arsenic et lisant de nombreux articles dont j'ai commencé une synthèse de 46 pages. C'est alors que mon ami Yves Lulzac, géologue minier m'a proposé un "coup de main" en me prêtant un énorme bouquin, des centaines de page en anglais, qui est une mine d'informations sur l'Arsenic.
Ce qui m'a permis de vérifier ce que j'avais écrit dans ma synthèse d'articles glanés un peu partout dans les milieux scientifiques.
Lors de l'une de nos rencontres avec Yves, j'ai l'idée de l’interviewer sur ce qu'il pensait de cette polémique et là je me suis dit que je pourrais ne pas rendre compte avec objectivité de notre entretien.
C'est ainsi que d'un commun accord nous avons décidé de faire appel à mon amie la journaliste écologiste, Laurence Jézéquel (c'est un pseudonyme) qui depuis quelques années consacre une partie de son temps à la recherche d'informations sur les mines et la recherche minière.
Quelques jours après Laurence venait à Nantes et je faisais les présentations puis laissait Yves et la miss, en tête à tête.
Le lendemain Laurence m'appelait pour me dire que leur entretien s'était bien passé et que le soir même je recevrai son texte.

L'INTEGRALITHÉ DE L'INTERVIEW DE LAURENCE ...

          LJ. A la suite d'une conversation téléphonique avec J-J Chevallier, que j'ai rencontré à plusieurs reprises lors de ses conférences à Toulouse puis à Lyon et Ste Marie aux Mines, et toujours dans le but de mieux comprendre le fonctionnement d’une mine métallique et les aléas qui peuvent en découler au cours et à la fin de son exploitation, j'ai rencontré un de ses grands-amis et mentor, Monsieur Yves Lulzac, qui a consacré sa carrière professionnelle à la recherche minière dans le cadre du Massif Armoricain. Ce dernier connaît bien la mine d’Abbaretz pour y avoir travaillé à différentes reprises, mais surtout pour être l’auteur d’une étude critique concernant l’exploitation elle-même ainsi que les nombreuses recherches qui y ont été effectuées par la suite dans le but de reprendre l’exploitation avant l’abandon définitif de notre pays de toute extraction de minerais métalliques. Je me suis donc rendu à son domicile nantais afin de recueillir ses impressions au sujet de cette décision administrative.

 

            YL. Bien sûr, je suis au courant de cette décision surprenante car j’étais loin de m’imaginer que le terril et les résidus de la mine puissent présenter un quelconque danger pour ceux qui entreprennent l’ascension de ce terril ou qui parcourent les terrains situés à proximité. Ce danger serait dû à la présence d’arsenic dans ces terrains.

 

            LJ. Oui, cela m’étonne aussi car j’avais toujours pensé que seul l’étain, ou plutôt la cassitérite, avait été exploitée. Alors d’où viendrait donc ce métal lourd qu’on appelle arsenic ?

 

            YL. Tout d’abord, je vous reprends tout de suite au sujet de ce que vous appelez un « métal lourd », ce qui ne veut rien dire. Je vois bien que vous cédez à la mode actuelle qui veut qu’un « métal lourd » rime obligatoirement avec le mot toxique. Bien sûr, il y a certains métaux de poids spécifique (ou densité) élevé, comme par exemple le plomb et le mercure, dont la toxicité est reconnue depuis longtemps pour les êtres vivants. Par contre, il y en a d’autres qui sont encore plus « lourds » mais qui n’ont pas la réputation d’être toxiques, du moins pas pour l’instant !.... Par exemple l’argent, l’or et le platine que l’on porte volontiers sur soi sous forme de bijoux. Il y a même des métaux très « légers » le béryllium par exemple, qui peuvent également être très toxiques. Et je ne parle pas de l’aluminium qui s’est vu classé, depuis peu, dans la catégorie des toxiques ! Alors, de grâce, cessez d’employer ce terme de « métaux lourds » qui ne signifie rien. D’autre part, je vous signale, que l’arsenic n’est pas un métal mais un métalloïde dont les propriétés sont différentes des vrais métaux. Mais, évidemment, on n’apprend plus cela à l’école de nos jours. Trop scientifique sans doute !...

            Ceci dit, et pour en revenir au sujet qui nous préoccupe, je vous précise que dans ce gisement d’Abbaretz, dont la gangue est principalement constituée de quartz ainsi que de micas blancs, il y a, en effet, d’autres minéraux en plus faibles proportions, dont la pyrite qui est un sulfure de fer, ainsi que l’arsénopyrite (encore récemment appelé mispickel) qui est un sulfure de fer contenant environ 46% d’arsenic. Notez que la pyrite peut également renfermer de l’arsenic, mais en faibles proportions.

            Cette arsénopyrite, qui n’a jamais été abondante sauf dans les niveaux inférieurs de la mine en fin d’exploitation, n’a jamais fait l’objet d’une quelconque récupération qui aurait pu, en qualité de sous-produit valorisant, être utilisé pour l’industrie chimique ou la métallurgie. La faiblesse des teneurs de ce minéral dans le minerai ne pouvait justifier une modification de la laverie dont la destination était uniquement centrée sur la récupération de la cassitérite.

 

            LJ. Ce qui veut dire que l’intégralité de cette arsénopyrite a donc été rejetée dans la nature ?

 

            Yl. Dans la nature, pas exactement, mais plutôt sur une aire de stockage aménagée à cet effet. En effet, une grand partie de ce minéral provient des appareils de classification (les bacs à piston aussi appelés jigs, ainsi que les tables à secousses) destinés à séparer la cassitérite de sa gangue. Je dis bien une grande partie du minéral car l’élimination de cette arsénopyrite ne pouvait pas être complète compte tenu des caractéristiques propres à ces appareils de classification qui ne pouvaient jouer que sur les différences de densités (ou de poids spécifique) capables d’assurer la meilleure récupération possible de cette cassitérite.

            Cependant, en fin d’exploitation, étant donné qu’une trop forte proportion arsénopyrite passait dans le minerai utile et le rendait impropre à une vente dans les meilleures conditions (trop de pénalités), une tentative de récupération de ce minéral indésirable a été effectuée sur les appareils de finition (les tables à secousses) à l’aide de certains produits organiques tels que le fioul ou des xanthates. L’arsénopyrite, et la pyrite ainsi récupérées furent stockées dans des fûts de 200 litres qui étaient encore sur place, dans les anciens bâtiments de la mine dans les années 70.

 

            LJ. C’est donc pour cela que l’on retrouve une partie de cet arsénopyrite dans les déblais de la mine ?

 

            YL. Oui, mais en très faibles proportions dans le principal terril (ce que l’on nomme « la butte ») car ces déblais ne sont constitués, en principe, que des roches stériles qui se situaient de part et d’autre du gisement exploitable. Étant donné qu’il s’agissait d’une exploitation à ciel ouvert (en carrière), il était obligatoire d’éliminer une partie de ces roches stériles pour assurer un talutage nécessaire à la bonne tenue des terrains dans leur ensemble. Je dis bien en principe car, en réalité, cette butte recèle un certain pourcentage de cassitérite et de minéraux accompagnateurs. En effet, dans ce gisement, le passage du minerai utile au « stérile » ne se fait pas d’une manière brutale et ne pouvait donc pas être conduit d’une manière parfaite. C’est pourquoi, à l’heure actuelle, nombre d’amateurs minéralogistes parviennent encore à récolter de beaux échantillons de cassitérite, surtout dans les zones ravinées lors de pluies récentes.

            Maintenant, pour ce qui concerne les rejets tabulaires de laverie, de granulométrie plus homogène et plus fine, il est certain que la proportion arsénopyrite doit y être un peu plus importante malgré le retraitement que les équipes de la Co.Mi.Ren. leur ont fait subir dans les années 70.

 

            LJ. Mais il doit en rester encore beaucoup si l’on considère les chiffres alarmants issus des nombreuses analyses effectuées par les services d’ANTEA et du BRGM de 2002 à 2009.

 

            YL. ANTEA et le BRGM ont effectué environ 177 analyses d’échantillons pour différents métaux dont principalement l’arsenic qui est considéré comme étant le plus toxique sur le site de la mine. A l’issue de ce travail, un rapport de synthèse de 240 pages à été rédigé en avril 2019 faisant état de toutes les possibilité de dangerosité en fonction de multiples facteurs tels que le type de fréquentation des lieux (promenade, jogging, VTT, pique-nique, etc), le poids de matière contaminée qu’un enfant ou un adulte est susceptible d’avaler au cours de ses activités sur les lieux, le poids moyen de ces individus, le comportement de l’arsenic pendant son parcours dans les voies digestives, etc, etc.

            Il s’agit d’un rapport d’une haute technicité destiné, non pas au grand public, mais à des spécialistes compétents dans ce domaine si particulier. Ce qui fait que la plupart des lecteurs de ce rapport préfèreront se rendre immédiatement au chapitre des conclusions et des recommandations. Ce qui est bien dommage car il est certain que si ce rapport avait été de lecture plus facile, il aurait peut-être contribué à convaincre les usagers du site de la mine à adopter plus aisément les directives plus ou moins contraignantes  prises par les autorités administratives.

 

            LJ. Oui, je suis au courant de ce rapport qui était primitivement destiné aux seuls services de la DREAL. Par la suite, cette institution a jugé utile de le diffuser sur l’internet, probablement dans un but de transparence. Mais, comme vous le dites, j’ai vite renoncé à le lire dans son intégralité !

            Mais, pour en revenir à ces résultats d’analyses, sont-ils donc aussi mauvais ?

 

            YL. Oui et non car certaines analyses montrent des résultats bien supérieurs à la moyenne générale des terrains stériles qui est ici de l’ordre de 40 grammes tonne (ou 40 ppm), c’est-à-dire 40 grammes de l’élément arsenic dans une tonne de terre. Par contre, sur les anciens déblais et rejets de laverie, les teneurs varient de 100 à 1136 ppm, les plus fortes teneurs ayant été enregistrées sur les rejets de laverie, ce qui est normal.

 

            LJ. Cela me semble énorme et j’imagine qu’il y a de quoi s’inquiéter vraiment !

 

            YL. Ces chiffres correspondent à des teneurs que l’on peut considérer comme tout à fait banales dans le cadre d’une exploitation minière d’étain filonien en roche, ce qui est le cas ici. Ce sont d’ailleurs des niveaux comparables de teneurs que l’on trouve habituellement dans les terres se trouvant au voisinage des filons minéralisés qui affleurent naturellement en surface, sans aucune intervention humaine qui aurait pu bouleverser leur environnement local. Et parfois on trouve même des teneurs beaucoup plus importantes.

 

            LJ. Mais pourquoi cet arsenic se retrouve aussi facilement dans les sols et pourquoi ne reste-t-il pas emprisonné dans les filons à étain ?

 

            YL. Dans la mine d’Abbaretz, l’arsenic se trouve sous la forme de sulfures associés à du fer. C’est le minéral appelé arsénopyrite que j’ai évoqué au début de notre entretien. A l’approche de la surface des sols, ce minéral tend à s’altérer et à se transformer en d’autres minéraux, des arséniates principalement, dont le plus commun est la scorodite, un arséniate de fer que tout amateur minéralogiste se doit d’avoir dans sa collection car il se trouve souvent sous la forme de belles cristallisations. Il peut se former aussi une vingtaine d’autres composés dont l’arsénolite qui est ce fameux oxyde d’arsenic responsable, jadis, de la plupart des empoisonnements criminels volontaires car il a un aspect de sucre en poudre et n’a pas de goût particulier.

            Cette arsénopyrite est un minéral « primaire », dont la transformation est tributaire de la nature et de l’acidité des sols. Le temps de cette transformation peut varier de quelques années à quelques décennies, voire quelques siècles, sinon plus. Cela dépend de la présence ou non de pyrite (le sulfure naturel de fer) qui est un minéral très commun mais qui, dans certains cas, peut s’altérer rapidement et libérer de l’acide sulfurique qui, à son tour, participera à l’altération de cette arsénopyrite et à la libération de l’arsenic qu’elle contient. Cet arsenic rentrera donc ensuite dans la composition de tous les minéraux secondaires que j’ai déjà évoqués, y compris cette arsénolite qui est un composé très soluble dans l’eau.

 

            LJ. Mais, dans ce cas, cet arsenic soluble ne devrait pas rester sur place mais plutôt se retrouver dans les ruisseaux et rivières de la région.

 

            YL. C’est peut-être le cas, et les analyses d’eaux effectuées dans les puits et forages de la proche région sembleraient le démontrer puisque l’on a relevé, mais très localement, des teneurs anormales parfois importantes, de l’ordre de 100 microgrammes d’arsenic dissout pour 1 litre d’eau. Sachant que la norme est d’environ 10 microgrammes pour l’eau de boisson. Il est évident que si l’on consommait cette eau quotidiennement pendant des années, on pourrait être victime d’une intoxication chronique, à l’égal de ce que l’on peut observer dans les eaux naturelles de certains pays comme à Taïwan, au Chili ou au Bangladesh.

            Mais attention ! Il n’est pas du tout démontré que cet arsenic provienne des déblais miniers dont il est question ici. Il peut très bien provenir des filons minéralisés profonds, ceux qui ont déjà été exploités, et ceux qui sont toujours enfouis et non exploités. En effet, dans cette région, les filons qui ont été exploités au Bois Vert ne sont pas les seuls, loin de là. Il y en a beaucoup d’autres qui ne demandent qu’à être exploités !

            L’arsenic que l’on décèle alors dans les eaux souterraines à proximité, ne provient donc que de leur environnement naturel sur lequel l’homme n’a absolument aucune prise. Mais, étant donné que la circulation des eaux profondes est très difficile à préciser dans le détail, surtout dans des terrains affectés de nombreuses cassures, il y a peu de chances pour que l’on puisse faire la part ici entre pollution naturelle et industrielle.

 

            LJ. Mais, si l’arsenic est parti dans les eaux de la région, pourquoi en trouve-t-on encore une telle quantité sur les déblais de la mine ?

 

            YL. Si une bonne partie de cet arsenic soluble est évacuée dans les eaux de ruissellement, puis dans les eaux souterraines, une certaine partie reste bloquée sur place sous forme minéralogique plus ou moins fine.

            Mais justement, ce qui m’étonne dans ce rapport BRGM, c’est que toutes les analyses effectuées concernent l’arsenic « total » contenu dans les déblais et rejets, sans faire la distinction entre l’arsenic soluble, donc très facilement assimilable par l’organisme humain, et l’arsenic bloqué sous forme minéralogique, donc plus difficilement assimilable malgré son court passage éventuel dans le milieu, pourtant très acide (acide chlorhydrique) de l’estomac humain.

 

            LJ. Mais, comment les responsables de cette étude auraient-ils pu faire la distinction entre ces deux formes d’arsenic, dont l’une est forcément invisible à l’œil nu ?

 

            YL. Je ne sais pas, c’est une question d’échantillonnage et de techniques analytiques. Mais au moins, je pense qu’ils auraient pu faire un inventaire un peu plus complet des espèces minérales présentes, par exemple, sur le site de la butte. Ils l’ont fait, mais d’une manière bien timide car les seuls minéraux qu’ils ont inventoriés ne concerne que le quartz, la tourmaline (un borosilicate complexe), les micas et l’argile.

            Ils n’ont pas vu la cassitérite ni arsénopyrite, ni même la pyrite éventuellement arsenicale, qui sont quand même présents sur le site, bien qu’en faibles proportions. D’ailleurs, pour s’en convaincre, il suffirait de traiter un échantillon de ces déblais au moyen d’une simple battée, cet instrument utilisé par les orpailleurs du monde entier. A chaque essai, on est sûr de récolter des traces de ces minéraux. Mais, évidemment, il ne s’agit pas d’une méthode très scientifique, inenvisageable dans le cadre d’une telle étude. Et y aurait-il une personne encore capable, au sein du BRGM, de reconnaître un petit grain d’arsénopyrite sous une loupe binoculaire ? Le souvenir du laboratoire des « minéraux lourds » du BRGM est probablement très lointain !

            Je suis persuadé qu’une bonne partie de l’arsenic « total » décelé sur place provient de cette présence d’arsénopyrite et peut-être aussi d’arséniates sous la forme de scorodite, elle-même peu soluble dans l’eau.

            Quant à l’étain, décelé aussi en teneurs anormales sur le site, il est évidemment dû à la présence de cette cassitérite qui est un minéral très stable, même en milieu acide. D’ailleurs, dans le cadre d’une recherche minière, il ne provoque que des anomalies géochimiques de très bas niveau, généralement difficile à interpréter. Heureusement, d’ailleurs, que cet élément ne soit pas classé dans les substances toxiques, car avec autant de teneurs anormales, le site d’Abbaretz serait encore moins fréquentable !

 

            LJ. Cela veut-il dire que vous vous servez de l’arsenic pour chercher des gisements d’étain ?

 

            YL. Oui, l’arsenic représente un bon traceur des minéralisations en étain, tungstène et or principalement. Mais, pour ce qui concerne l’étain, uniquement pour les gisements profonds, filoniens ou apparentés. Ce qui exclue les dépôts de cassitérite superficiels de type alluvionnaire (les plus fréquents et les plus riches dans le monde), dont la localisation ne nécessite pas d’analyses chimiques mais uniquement des prises d’échantillons « minéralogiques » à l’aide de simples battées comme je vous l’ai dit précédemment, ou de sondages spéciaux.

            L’arsenic est suffisamment mobile pour passer à travers certains terrains peu « transparents » comme par exemple les fameux limons qui font la richesse des terres du Finistère. C’est grâce à cette propriété que nous avons ainsi été capable de découvrir, vers la fin des années 60, les fameux filons à étain et cuivre de la région de Morlaix. Et aussi les filons à étain et tungstène de la région de Fougères qui, en surface, peuvent se manifester par des teneurs dépassant le kilo d’arsenic à la tonne de terre.

 

            LJ. Mais c’est effrayant ce que vous me dites-là. Les pauvres gens qui habitent sur les lieux doivent forcément en subir les conséquences !

 

            YL. Pas à ma connaissance. Mais il faut dire que dans cette région, et même ailleurs dans le monde, les gens n’ont pas l’habitude de consommer la terre de leurs jardins pour leur déjeuner ou leur souper !

            Il semblerait que l’arsenic ne se retrouve pas en fortes teneurs dans la végétation locale. Sinon, le bétail ne pourrait paître l’herbe de la région et le lait des vaches serait impropre à la consommation. Des études ont déjà été faites à ce sujet. Elles démontreraient que le facteur de concentration de l’arsenic dans les végétaux, les laitues si je me souviens bien, serait faible. Mais il semblerait que l’opinion des spécialistes sur ce sujet délicat ne fasse pas l’unanimité.

 

            LJ. J’en reviens à la présence de ces minéraux d’arsenic sur le site de la mine, arsénopyrite en particulier. Pourquoi les auteurs de cette étude ne l’ont-ils pas mentionnée puisque, comme vous le dites, il ne serait pas, ou très mal digéré et assimilé par un être humain. Cela aurait peut-être servi à diminuer le caractère dangereux du site et éviter toutes ces contraintes administratives.

 

            YL. S’ils n’ont pas vu cet arsénopyrite c’est probablement qu’ils ne l’on pas trouvé dans leurs échantillonnages et surtout dans les échantillons destinés aux analyses qui, à l’heure actuelle, ne réclament que des prises de petit volume.

            Mais aurait-il été bien pertinent d’entrer dans le détail d’une telle démarche ? Il valait mieux, dans ce cas, s’en référer uniquement aux teneurs en arsenic « total » qui pouvaient justifier certaines réserves quant à la fréquentation du site et, ainsi, respecter notre sacro-saint principe de précaution.

            Tout au plus, cela leur aurait permis d’ajouter une précision supplémentaire à leur étude au lieu de se contenter d’une simple annonce de pollution par des « éléments traces métalliques » en évoquant une possible bioaccessibilité de l’arsenic lors d’une ingestion accidentelle ou non.

            D’ailleurs, les auteurs de ce rapport ne manquent pas de préciser que la bioaccessibilité de l’arsenic est fondée sur des teneurs solubilisables par les sucs gastriques et non pas sur la teneur totale de l’arsenic dans les sols.

 

            LJ. D’accord, mais alors que penser de toutes ces mesures contraignantes imposées sur ce site de la mine ?

 

            YL. Je n’en sais rien et ne veux pas le savoir. Compte tenu de l’état d’esprit actuel de nos dirigeants et aussi, il faut bien l’avouer, de beaucoup de nos concitoyens dénués de toute culture scientifique, sans aucun sens des responsabilités et qui, de plus, n’hésiteraient pas à mettre en cause les autorités locale au cas où ils ressentiraient le moindre petit malaise à la suite d’une ballade ou d’un pique-nique sur le site de la mine, il vaut mieux s’abstenir de tous commentaires qui ne rentreraient pas dans les normes du moment !

            Et, franchement, je vous plains quant vous me dites vouloir vous intéresser aux mines alors qu’il s’agit maintenant d’un sujet tabou que la plupart de vos collègues journalistes ne veulent aborder que sur le mode négatifs. Pour eux, et probablement pour vous aussi, la mine c’est la descente aux enfers et une cause majeure de pollutions!...

 

            LJ. Vous exagérez un peu car, en ce qui me concerne, j’essaie simplement de me documenter pour ensuite faire le tri entre vrai et faux. Et, il faut dire que ce n’est pas une tâche facile si l’on tient compte de tous ces propos alarmistes diffusés par des associations dont certaines ne me semblent pas toujours compétentes dans ce domaine, malheureusement.

            Encore heureux qu’il y ait encore en France des gens compétents dans le domaine de la mine bien, qu’à ma connaissance, ils avaient été obligés d’abandonner prématurément leurs activités. Sinon, je me verrais dans l’obligation d’aller poursuivre mes enquêtes dans des pays où il y a encore des mines, par exemple les pays de Est, le Canada, l’Australie, et certains pays d’Afrique....

 

            YL. Dans ce cas, je vous souhaite bonne chance. Et ne perdez pas trop de temps car ces gens compétents que vous évoquez se font de plus en plus rares dans notre pays. Et ne comptez pas trop sur le BRGM pour vous informer d’une manière impartiale car, depuis que cet organisme se trouve sous la tutelle du ministère de la transition écologique, il y a de grandes chances pour qu’il ne franchisse guère les limites du « politiquement correct » !

LE RAPPORT FINAL DU BRGM

 

CE QU'IL FAUT RETENIR A PROPOS DE L'ARSENIC

Extrait synthèse de la fiche Arsenic, une compilation d'articles de 46 pages que j'ai faite fin 2019.

L’arsenic est un élément chimique du tableau de Mendeleïev, son symbole est As.

Dans le tableau des éléments il est placé dans le groupe V, les pnictogènes, avec N Azote, P Phosphore, Sb Antimoine, et Bi Bismuth, son numéro atomique est 33, sa masse atomique 74.921. Comme l’Antimoine, du même groupe, il a des propriétés physico-chimiques entre les métaux et les non-métaux, ce sont des métalloïdes comme le Bore B du groupe III, le Silicium Si et le Germanium Ge du groupe IV, le Tellure Te et le Polonium Po du groupe VI. Comme l’Antimoine il a tendance à former du sulfure stable plutôt que de l’oxyde et les ions précipitent avec le sulfure d’hydrogène. Il est chimiquement analogue au Phosphore et à l’Antimoine.

Étymologie

Le nom vient du syriaque ܠܐ ܙܐܦܢܝܐ (al) zarniqa, issu du persan زرنيخ zarnikh signifiant « jaune » puis « orpiment » (sulfure naturel d'arsenic servant à peindre la peau des hommes sur les fresques de la Grèce antique). Le terme est adopté dans la langue grecque sous la forme arsenikon (ἀρσενικόν), qui correspond en étymologie populaire à la forme neutre du grec arsenikos (ἀρσενικός signifiant « qui dompte le mâle » en raison de sa forte toxicité). Le terme grec est lui-même adopté en latin sous la forme arsenicum, qui donne en français arsenic9. Le prénom Arsène est tiré de la même racine grecque arsen (« mâle »). Cette matière connue de haute Antiquité est aussi un perturbateur endocrinien. L'adjectif arsenical au singulier, arsenicale au féminin, arsenicaux au pluriel qualifie un corps ou une matière qui contient de l'arsenic.

Propriétés physiques de l’Arsenic

Les trois formes allotropiques (1) de l’Arsenic : Jaune, noir et gris :

  • Arsenic jaune As4, obtenue par condensation de vapeur d’arsenic elle a une structure tétraédrique non-métallique.

  • Arsenic noir ou gris à reflets métalliques, qui lui valent l’appellation « semi-métallique » est cassant, il est légèrement conducteur de la chaleur et du courant électrique. Densité mesurée 5,7, dureté 3.5 sur l’échelle de Mohs.

L’Arsenic est difficile à faire fondre, il faut une pression de 28 371 hPa (28 atm) pour atteindre le point de fusion à 1090°K (817°C). En atmosphère standard il se sublime à 573°K (300°C), formant une vapeur qui se condense sous forme de  rhomboèdres sur une surface froide. La sublimation est totale à 886°K (613°C).

Sa morphologie est amorphe ou cristalline.

Cristallisation :

  • cubique (arsénolite)

  • monoclinique (claudétite).

Propriétés chimiques de l’Arsenic

Insoluble dans l’eau l’arsenic ternit à l’air libre et se couvre de poussière noire. En contact avec du charbon ardent il se volatile en dégageant une très forte odeur d’ail, cette vapeur s’oxyde en Trioxyde d’arsenic (As2O3) ou en acide arsénieux (HAsO2) si le milieu est humide.

D’autres réactions chimiques existent mais ne sont pas réalisables dans la nature.

Composés chimiques

Composés inorganiques

L'arsenic est  inorganique quand il est pure et lorsqu’il est lié à l’oxygène, au chlore ou au soufre. Il est alors très dangereux, même à petite dose, particulièrement lors d’exposition répétée.

Le trioxyde d’arsenic (As2O3) ou anhydride arsénieux ou oxyde arsénieux ou amphotère (2) d’où ses trois formes allotropiques. Il a un comportement d’acide faible et se dissout instantanément en milieu basique, soude, en donnant des ions arsénites (H2AsO3).

Anciennement appelé arsenic blanc, c’est un poison violent.

Il peut assez rarement se trouver à l’état naturel sou forme de poudre blanche ou de petits cristaux transparent, il est inodore.

On le fabrique de façon industrielle par grillage de minéraux contenant de l’arsenic tel que la pyrite ou l’arsénopyrite :

  • pour la fabrication du verre et du cristal, et la décoloration des émaux et du verre

  • pour des produits chimiques, pesticides, destinés à la destruction de végétaux ou animaux nuisibles

  • pour le traitement du bois

  • comme conservateur alimentaire

  • pour la fabrication de l’arsenic métallique et des alliages et de l’arsénite comme semi-conducteur.

Il est utilisé en pharmacologie dans des médicaments pour le traitement de certaines leucémies aiguës promyélocytaires, sous le nom de Trisenox.

L'acide arsénique ou arséniate As2O5 existe également, mais est hors de propos dans ce contexte, les autres composés inorganiques et sels eux non plus.

Composés organiques

L’Arsenic est organique quand il est chimiquement lié au carbone ou à l'hydrogène. Sous cette forme il est toxique à forte dose, et indispensable à faible dose.
 

L’arsenic organique est un « ultra oligo-élément » essentiel pour l’être humain, et certains animaux comme le poulet, la chèvre, le porc et d’autres espèces. L’évaluation des besoins pour l’humain est de 10 à 20 µg par jour. C’est dans notre alimentation que nous les puisons.

Ici l’on ne peut s’empêcher de citer l’adage de Paracelse : « Toutes les choses sont poison, et rien n’est sans poison ; seule la dose détermine ce qui n’est pas un poison. ».

 

Notons que dans le sol et dans l’organisme des volailles l’Arsenic organique peut se transformer en inorganique.

Ce sont notamment l’arsénobétaïne et l’arsénocholine, notamment présents dans diverses plantes et organismes marins. Ce sont aussi les métabolites de l’arsenic :

 

Aux doses habituellement présentes dans la Nature ils sont moins toxiques pour les animaux à sang chaud, mais ils contiennent néanmoins de l'arsenic non dégradable.

 

En médecine, ils ont remplacé les sels d'arsenic, trop dangereux pour l'homme et les animaux domestiques15 et souvent maintenant interdits (sauf exceptions dans certains pays comme les États-Unis, durant un certain temps, comme les produits arséniés de traitement du bois, l’arséniate de plomb comme régulateur de croissance pour le raisin, ou l'arséniate de calcium pour les gazons de golfs qui ont été autorisés par l'EPA aux États-Unis après que les autres arsénicaux non organiques eurent été interdits). On les trouve notamment dans certains herbicides très utilisés sur les golfs nord-américains ou pour le défanage du coton avant récolte.

 

L'arsénite de soude n'a été, en France, interdite sur la vigne comme pesticide (insecticide utilisé contre la pyrale de la vigne, les carpocapses les vers des pommes et des poires, des altises, la pyrale, la cochylis et l’eudémis puis comme fongicide) que le 8 novembre 2001 par le ministère de l'agriculture sous l'égide de Jean Glavany et en 2004 par la Commission européenne16. Peu après, des viticulteurs soutenus par la FNSEA réclamaient sa réautorisation pour lutter contre l'esca (aussi dit maladie du bois de vigne, d'abord attribuée à deux basidiomycètes, mais qui serait due à un complexe d'au moins 5 organismes)17. Des composés arsénicaux inorganiques interdit en Europe ou aux États-Unis peuvent encore être utilisés comme pesticides dans certains pays, et ils ont de nombreux autres usages dans le monde entier.

  • Durant la Seconde Guerre mondiale (octobre 1943), la réglementation s'intéresse à l’arsenic dans les raticides et taupicides, dans lesquels l'arsenic sera peu à peu remplacé par des anticoagulants, de la strychnine, des anti-vitamines K ou des sels de thallium en mélange avec divers ingrédients.

  • En 1973, un décret interdit en France tous les herbicides arsenicaux, mais ils restent très utilisés aux États-Unis.

  • Sous forme d’arséniate de plomb notamment, il a été utilisé comme pesticide, qui a été une source fréquente d’empoisonnement des utilisateurs ou de consommateurs de produits traités. Il continue à polluer l’environnement longtemps après son utilisation, le plomb et l’arsenic n’étant pas biodégradables ni dégradables à échelle humaine de temps.

  • Additionné au plomb, avec un peu d'antimoine, à raison de 5 à 8 %, il durcit légèrement la grenaille de plomb des cartouches de chasse (encore autorisées et utilisées en France, hormis dans les zones humides et vers les zones humides où elles sont interdites). Sans cela, les billes de plomb, s'écraserait les unes contre les autres au moment du tir et se déformeraient en perdant de leur énergie cinétique et de leurs qualités balistiques. Il sert aussi de durcisseur au plomb des cartouches munitions de guerre. Dans les deux cas, il freine aussi la formation d’oxyde de plomb.

  • Additionné au mélange plomb-antimoine des électrodes, il améliore le fonctionnement des accumulateurs.

  • Sous forme d’arsine il a été présent dans certaines munitions chimiques de la Première Guerre mondiale et des années qui ont suivi (fabriquées, non utilisées puis démantelées ou jetées en mer).

  • Mélangé avec du cuivre et du chrome (CCA) c’est un produit de traitement du bois (qui lui donne une couleur verdâtre). Bien que controversé en raison de sa toxicité, de sa rémanence et du fait qu’il soit partiellement soluble dans l’eau et les pluies, ce traitement reste autorisé dans la plupart des pays.

  • Il est depuis peu utilisé sur les « tambours » des imprimantes dites « lasers » et des photocopieuses, fax. Pur ou sous forme de séléniure, sa sensibilité à la lumière permet de décharger la tension électrostatique qui va retenir le « toner ».

  • Les alliages composés d’arsenic et de gallium (GaAs) ou d’indium (InAs) donnent des matériaux semi-conducteurs (dits III-V par référence aux colonnes de la table des éléments), utilisés pour la fabrication de cellules photovoltaïques, de diodes électroluminescentes (DEL) et de transistors à très haute fréquence. Plus chers et de mise en œuvre plus complexe que le silicium, leur marché reste marginal, mais leur rôle est essentiel en opto-électronique, où les performances du silicium sont moins bonnes.

  • Les insecticides anti-fourmis en contiennent souvent (dimethylarsinate de sodium), bien que l'usage de celui-ci soit interdit dans l'Union Européenne.

 

La roxarsone (commercialisée aux États-Unis sous le nom 3-Nitro est un antibiotique organo-arsenié. IL est utilisé depuis les années 1970, (récemment interdit en Europe, mais encore utilisé dans de nombreux pays, dont les États-Unis, comme additif alimentaire dans l'alimentation animale) pour traiter les maladies causées par les coccidies et pour éviter les « troubles de croissance » des porcs et volailles (hormis dans le Maryland où il est interdit depuis 2013. Selon une étude récente, cet arsenic inorganique serait particulièrement concentré dans les poulets industriels traités aux antibiotiques. Le laboratoire Pfizer a annoncé, en 2011, la suspension de la vente, mais malgré les protestations d'associations environnementalistes ou de consommateurs, il est encore en 2013 autorisé par la FDA. Les inventeurs de ce produit affirmaient qu'il serait excrété sous la même forme. Mais on a ensuite montré que les oiseaux peuvent métaboliser l'arsenic organique en une forme inorganique beaucoup plus toxique. De plus, alors que les excréments frais de volaille ne contiennent presque que la forme organique de l'arsenic ; une fois dans le sol, les bactéries le transforment en arsenic inorganique très toxique, retrouvé dans les eaux de ruissellement et les sédiments35. Les excréments de volailles traités à la roxarsone épandus comme engrais la péninsule de Delmarva, ont libéré assez d'arsenic pour polluer le sol au-delà des normes fédérales de remédiation (sans toutefois à ce jour affecter la nappe). Une étude de la FDA a montré que les foies de volailles ayant consommé le médicament contenaient plus d'arsenic que ceux d'animaux n'en ayant pas consommé. Pourtant, selon Christopher Loder (porte parole de Pfizer), ce laboratoire n'aurait « pas connaissance de preuves démontrant qu'utiliser des roxarsone est source de risque pour l'environnement ».

 

Toxicité de l’Arsenic

Elle dépend de la nature chimique, inorganique ou organique et du degré d’oxydation. L’Arsenic inorganique est beaucoup plus toxique que l’organique.

Dans la nature

Comme décrit plus avant, c’est d'un oligoélément à très faible dose, mais d'un poison et un toxique puissant à doses plus élevées.

Même si le cycle est peu connu l’on dispose d’estimations :

Les activités humaines 30 000 tonnes par an

Les bactéries terrestres produisent environ 26 000 tonnes par an d’arsenic méthylé volatil finissant dans les océans.

Les volcans en émettent 17 000 tonnes par an.

L’érosion éolienne des sols 2 000 tonnes par an environ.

Une partie sera piégée dans les sédiments marins après une biodisponibilité variable. Ce qui entraine la présence de l’Arsenic dans tous les organismes marins particulièrement chez les invertébrés et mollusques bivalves, de 10 à 30µg/l de sang. La concentration chez les poissons varie de 5 à 100 µg/l en général, elle est moindre chez ceux consommant du plancton et elles peuvent atteindre 230µg/l chez la Roussette.

Une faible quantité d’arsenic est présente dans tous les organismes marins. Pour des raisons encore mal comprises, les invertébrés et en particulier les mollusques bivalves (moules, huîtres, coquilles Saint-Jacques) de pleine mer sont souvent plus contaminés (10 à 30 μg·L-1 en général) que ceux qui vivent dans les estuaires. Des pics de pollution marine peuvent être constatés, par exemple autour des sites de munitions immergées en mer Baltique.

Toxicocinétique et métabolisation

Le degré d’absorption et de retenue dans l’organisme puis son métabolisme (sa modification) dépendent de :

  • L’espèce chimique, organique ou minérale

  • La forme physique, nanoparticules, particules, poussières, vapeur, etc. Arsenic pur ou composant.

  • De la voie d’ingestion ou d’incorporation dans l’organisme, pulmonaire, orale ou percutanée.

    • 80% de l’Arsenic passant par le tube digestif se fixera dans le sang.

    • 50% de l’Arsenic inhalé sous forme de poussière ou nanoparticule dans les poumons se fixera dans le sang.

    • La contamination percutanée sera de moindre importance.

La contamination se fixe très vite sur les protéines elle affectera, le foie, la peau, les poils et les poumons où l’on retrouve l’arsenic longtemps après la contamination.

Comme dit ci-dessus la métabolisation se fera en fonction du type d’Arsenic ou composé.

L’élimination de 70% des composés arsénieux se fera par voie urinaire environ la moitié en 48h et 90% le sixième jour.

C’est critères varient d’un individu à l’autre en fonction de l’âge, du sexe et de l’état de santé.

Intoxication aiguë

Intoxication à l'arsenic.

Les symptômes sont immédiats, vomissement, douleurs abdominales et œsophagiennes, diarrhées avec du sang, collapsus (effondrement des fonctions physiologiques) et mort.

 

Intoxication par exposition chronique

On appelle arsénicisme l'exposition à de petites doses d'arsenic.

Les symptômes sont :

  • la mélanodermie, une teinte anormalement foncée de la peau due à un dépôt excessif de pigments colorants dans les cellules.

  • l'hyperkératose des mains et des pieds, épaississement de la couche cornée de l'épiderme lié à une surproduction de la couche épithéliale de la peau.

  • l'alopécie, chute temporaire des cheveux ou des poils, partielle ou totale.

  • une polynévrite douloureuse, fourmillements dans les doigts des mains et des pieds, des engourdissements et, parfois, des douleurs faisant penser à celles ressenties lors d'une brûlure ou d'un broiement. Les troubles sensitifs apparaissent en effet les premiers, le plus souvent la nuit. Les troubles moteurs, eux, peuvent se manifester par des crampes nocturnes et prédominent sur un secteur musculaire. Les nerfs qui innervent les muscles de la main peuvent également être atteints. D'autres troubles, dits neurovégétatifs, peuvent handicaper la vie quotidienne : malaises, troubles de la sudation, troubles urinaires, diarrhée, troubles de l'érection et de l'éjaculation.

  • la striure des ongles.

 

L’arsénicisme est facteur de risque de :

  • cancer du poumon, de la peau, du rein et de la vessie

  • athérosclérose (principalement de la carotide), autres maladies cardio-vasculaires.

  • maladies respiratoires.

  • dépression immunitaire.

Les premières manifestations visibles sont généralement cutanées, avec une augmentation de la pigmentation. Le cancer survient plus tardivement et peut mettre plus de 10 ans à apparaître.

Il semble que l’absorption d’arsenic par la peau ne présenterait apparemment pas de risque pour la santé.

 

Perturbation endocrinienne

L'arsenic, est aussi un puissant perturbateur du système endocrinien, en perturbant les récepteurs stéroïdes des androgènes, de la progestérone, de minéralocorticoïdes et glucocorticoïdes, ainsi que la régulation des gènes à des taux très bas 0,7 ppb (partie par milliard) dans l’eau potable de certaines régions du monde.

Chez les animaux

Hautement toxique autant pour l'homme que pour l'animal, que ce soit à forte dose ou à faible dose, l'effet reste le même.

 

Chez les végétaux

Des pollutions par l'arsenic sont fréquentes dans certaines zones minières où il peut venir renforcer la toxicité d'autres contaminants (mercure autour des anciennes mines de ce métal, par exemple), où il peut polluer les sols et contaminer les cultures alimentaires.

Au-delà d'un certain seuil de phytotoxicité l'arsenic, par des processus encore incomplètement compris, modifie le métabolisme, inhibe la croissance, puis tue les plantes, monocotylédones comme dicotylédones.

Quelques utilisations anciennes ou contemporaines

À l'âge du Bronze ancien le bronze est souvent composé d'un alliage à base de cuivre et d'arsenic, ce pourquoi les archéologues nomment parfois cette période l'âge du Bronze-Arsenic : employé comme durcissant et pour augmenter la brillance du métal, cet arsenic, selon les cas est une impureté naturelle du minerai de cuivre ou il a été ajouté intentionnellement comme adjuvant. Au Bronze final se substitue à ce bronze arsenié un alliage cuivre-étain permettant de fabriquer des métaux plus résistants et ductiles (âge du Bronze-Étain).

Durant l'Antiquité, l'arsenic est toujours utilisé pour la métallurgie (durcissant de nombreux métaux) mais aussi dans les arts (pigments, peinture) et la médecine sous deux formes inorganiques à l'état naturel, du trisulfure d'arsenic (l'orpiment As2S3) et du quadrisulfure d'arsenic (réalgar As4S4)19. Hippocrate les utilise au Ve siècle av. J.-C. pour soigner les ulcères cutanés.

 

Depuis lors, la pharmacopée grecque et chinoise s'en sert pour traiter ou freiner la syphilis, le cancer, la tuberculose ou le paludisme20

Au VIIIe siècle, l'alchimiste arabe Jabir Ibn Hayyan est probablement le premier à préparer le trioxide d'arsenic en l'isolant de son composé minéral : cette poudre blanche sans goût et sans odeur la rendra indécelable jusqu'au XXe siècle car elle donne les mêmes symptômes que des intoxications alimentaires, ce qui lui confère le titre de « poison des rois et roi des poisons ».

 

Le "liquide fumant" de Cadet (composé As2(CH3)4O préparé en 1760 par le chimiste Louis Claude Cadet de Gassicourt) est le premier composé organométallique à avoir été synthétisé par l'homme.

 

Le vert de Scheele à base d'arséniate de cuivre, inventé par Carl Wilhelm Scheele en 1775, remplace comme pigment vert le carbonate de cuivre. Pigment de peinture, il colore les papiers peints, les jouets d'enfants puis est remplacé par le vert de Schweinfurt tout aussi toxique.

 

La liqueur de Fowler à base d'arsénite de potassium découverte en 1786 par Thomas Fowler est utilisée comme remède et tonique pendant plus de 150 ans.

Les composés à base d'arsenic sont utilisés dans les teintures (oxyde d'arsenic jouant le rôle de mordant, pigments de réalgar ou d'orpiment, leur toxicité étant à l'origine — qui se révèle fausse en fait — de la couleur verte proscrite au théâtre)25 puis à partir de 1740 dans les traitements des semences à l'arsenic (tel le vert de Paris utilisé comme insecticide ou raticide) mais sa toxicité entraîne son interdiction dans cette industrie en 1808.

En 1908, Paul Ehrlich met au point un composé arsenical, le Salvarsan, considéré comme le premier agent anti-infectieux et chimio thérapeutique.

Les arsines sont employées comme arme chimique durant la Première Guerre mondiale, notamment celles chargées dans des obus à « croix bleue ». En France, durant la Première Guerre mondiale, en 1916, l'arsenic est utilisé dans les armes chimiques. Pourtant, pour éviter dans le civil que ces produits soient utilisés comme poison contre des humains, un décret précise que « Article 1er : les composés arsenicaux insolubles destinés à la destruction des parasites de l’agriculture ne peuvent être vendus ni employés en nature. Ils doivent être mélangés avec une substance odorante et colorée en vert, suivant la formule indiquée à l’article ter de l’article ci-après » (décret du 15 décembre 1916). « Les composés arsenicaux destinés à la destruction des parasites nuisibles à l’agriculture ne peuvent être délivrés ou employés pour cet usage qu’à l’état de mélange avec des dénaturants d’après la formule suivante

• produits arsenicaux insolubles 1 000 g

• pyridine ou phénol brut ou nitrobenzine : 20 g

• vert sulfoconjugué : 2 g », mélange devant être tout à fait homogène. De plus, pour limiter les risques de détournement, le gouvernement impose que tout commerce de préparations arsenicales doit « avoir un registre coté et paraphé par le Maire ou le Commissaire de police. Toute préparation arsenicale doit être inscrite sur ledit registre ».

Les peintures anciennes exposées à la lumière dans les musées et qui utilisent des pigments contenant de l'arsenic, tel l'orpiment, voient ce composé photo-oxydé en anhydride sulfureux qui rend la peinture cassante et en trioxyde d'arsenic (employé jadis comme mort aux rats, ce composé n'est pas libéré en quantité suffisante pour être dangereux pour l'homme) qui donne à la toile une teinte blanchâtre, d'où la nécessité de poser des filtres sur les fenêtres des salles des musées actuels28.

 

L’arsenic a été testé ou est utilisé dans certains médicaments de l’Antiquité (voir par exemple solution de Fowler, à base d’arsénite) à nos jours.

  • C'est l'agent de l’arsenicage qui consiste à immerger des cuirs et peaux dans une solution d'arséniate de soude pour éliminer les parasites (dermertes, anthrènes) : ces peaux arseniquées n'empêchent pas la prolifération de bactéries de putréfaction.

  • Comme poison, au XVIIe siècle l'arsenic va être utilisé sous le nom de « poudre de succession » par un réseau composé essentiellement de femmes de la noblesse dans le but d'accélérer certains héritages par des meurtres.

  • Il a été utilisé pour augmenter la toxicité de certaines armes chimiques (dont l'Ypérite), sous forme d’arsine notamment, dès la Première Guerre mondiale. La destruction d'armes chimiques après les opérations de désobusage a été source de pollutions durables.

1 Allotropique : propriété de certains corps simples d’exister sous différents aspects par la disposition des mêmes atomes dans des formes cristallines différentes.

2 Amphotère : ion ayant un rôle tantôt acide tantôt basique.

 

CONCLUSIONS :

Y-a-t-il de l'arsenic dans le sol : OUI

Y-a-t-il de l'arsenic dans les eaux souterraines : OUI

Faut-il s'en inquiéter : NON
Y-a-t-il un danger d'arsénicisme pour la population : NON puisque depuis plus de 50 ans elle vit avec (sans le savoir) et qu'il n'y a jamais eu de problème.


L’État face à ses responsabilités pénales prend les mesures qui le mettent à l'abri de tous recours possibles de la part du public.

Bibliographie

Zhao FJ, Dunham SJ, McGrath SP. 2002. Arsenic hyperaccumulation by different fern species. New Phytologist 156

Alain Foucault, Jean-François Raoult, Fabrizio Cecca, Bernard Platevoet, Dictionnaire de Géologie - 8e édition, Français/Anglais, édition Dunod, 2014, 416 pages. Avec la simple entrée "arsenic" pp 26-27.

 

Groupe scientifique sur l’eau (2002), Arsenic, Dans Fiches synthèse sur l’eau potable et la santé humaine, Institut national de santé publique du Québec, 8 p. 

 

Laperche V., Bodénan F., Dictor M.C. et Baranger Ph. (2003) - Guide méthodologique de l’arsenic, appliqué à la gestion des sites et sols pollués. BRGM/RP-52066-FR, 90 p. , 5 fig., 10 tabl., 3 ann.

Ullrich-Eberius CI, Sanz A, Novacky AJ. 1989. Evaluation of arsenate- and vanadate-associated changes of electrical membrane potential and phosphate transport in Lemna gibba G1. Journal of Experimental Botany 40: 119–128 .

 

Visoottiviseth P, Francesconi K, Sridokchan W. 2002. The potential of Thai indigenous plant species for the phytoremediation of arsenic contaminated land. Environmental Pollution 118: 453–461 .

 

Webb SM, Gaillard JF, Ma LQ, Tu C. 2001. Arsenic speciation in a hyper-accumulating fern using CS-XAS. American Chemical Society, Environmental Chemistry Extended Abstracts 222: 60–62.

Liao WT, Lan CC, Lee CH, Yu HS (2011), Concentration-dependent cellular responses of arsenic in keratinocytes ; Kaohsiung J Med Sci. septembre 2011 ; 27(9):390-5. Epub 2011-08-09.

 

OMS, Aide-mémoire no 210, Révisé mai 2001, L’arsenic dans l’eau de boisson

[Anglais] EPA (Office of prevention, pesticide and toxic substance) « Revised Reregistration Eligibility Decision for MSMA, DSMA, CAMA, and Cacodylic Acid »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 26 mars 2013), August 10, 2006 (PDF, Mémorandum de 70 pages)

 

Jean PERROTEY, article « arsenic », in Encyclopædia Universalis, 2001. début en ligne [archive]

 

Québec ; Règlement sur la qualité de l’eau potable, Québec

 

[Anglais] Gong Z. et al. Arsenic speciation analysis, Talanta 58 (2002) 77–96

 

Santé Canada, Méthodes d’analyses - Arsenic - Recommandations pour la qualité de l’eau potable au Canada : document technique]

 

Louis Troost, Traité élémentaire de chimie, 6e édition, Paris, 1880, en particulier l' "arsenic" p 191Texte en ligne 12e édition [archive]

 

 

Références utilisées pour cet article :

 Christen K. 2001. The arsenic threat worsens. Environmental Science and Technology 35: 286A–291A.

  

 Abedin J, Cresser M, Meharg AA, Feldmann J, Cotter-Howells J. 2002. Arsenic accumulation and metabolism in rice (Oryza sativa L.). Environmental Science and Technology.

    Abedin MJ, Feldmann J, Meharg AA. 2002. Uptake kinetics of arsenic species in rice (Oryza sativa L.) plants. Plant Physiology.

   

Hayashi, A., Sato, F., Imai, T., & Yoshinaga, J. (2019) Daily intake of total and inorganic arsenic, lead, and aluminum of the Japanese: Duplicate diet study. Journal of Food Composition and Analysis, 77, 77-83 .

   

Romain Loury (2013), Moins de riz pour les petits Danois  2013-05-22

T. Bausinger et al. « Exposure assessment of a burning ground for chemical ammunition on the Great War battlefields of Verdun ». In : Science of the Total Environment, 382, 2007, p. 259-271.

 

Camille Larue et Marie Carrière, Les nanoparticules dans l’écosystème sol  ; Période : février 2010 à août 2010 CEA/ADEME – IRAMIS/SIS2M/LSDRM – Gif-sur-Yvette

 

Larios R, Fernández-Martínez R, Lehecho I, Rucandio I (2012), A methodological approach to evaluate arsenic speciation and bioaccumulation in different plant species from two highly polluted mining areas. Sci Total Environ. 2012 Jan 1; 414:600-7. Epub 2011 Dec 10 .

 

Larios R, Fernández-Martínez R, Silva V, Loredo J, Rucandio I (2012), Arsenic contamination and speciation in surrounding waters of three old cinnabar mines. J Environ Monit. 2012 Feb; 14(2):531-42. Epub 2011 Dec 5 .

 

Sheppard, S.C. 1992. Summary of phytotoxic levels of soil ; Water Air Soil Pollut. ; Volume: 64 Issue: 3-4 ; Pages:539-550 ; septembre 1992 ; (ISSN 0049-6979) (Résumé , sur Web of science)

 

Fitter AH, Wright WJ, Williamson L, Belshaw M, Fairclough J, Meharg AA. 1998. The phosphorus nutrition of wild plants and the paradox of arsenate tolerance: does leaf phosphate concentration control flowering ? In: LynchJP, DeikmanJ, eds. Phosphorus in plant biology: regulatory roles in molecular, cellular, organismic and ecosystem processes. American Society of Plant Physiologists, 39–51

 

Francesconi K, Visoottiviseth P, Sridockhan W, Goessler W. 2002. Arsenic species in an hyperaccumulating fern, Pityrogramma calomelanos: a potential phytoremediator. Science of the Total Environment 284: 27–35.

 

Junru Wang, Fang-Jie Zhao, Andrew A. Meharg, Andrea Raab, Joerg Feldmann et Steve P. McGrath, Mechanisms of Arsenic Hyperaccumulation in Pteris vittata. Uptake Kinetics, Interactions with Phosphate, and Arsenic Speciation ; Plant Physiology November 2002 vol. 130 no. 3 1552-1561 - online : octobre 2002, doi: 10.1104/pp.008185 (Résumé , en anglais)

 

Andrea Raab, Jörg Feldmann et Andrew A. Meharg, Environmental stress and adaptation ; The Nature of Arsenic-Phytochelatin Complexes in Holcus lanatus and Pteris cretica  ; Plant Physiology 134:1113-1122 (2004) (American Society of Plant Biologists)

 

Enzo Lombi, Fang-Jie Zhao, Mark Fuhrmann, Lena Q. Ma, Steve P. McGrath, Arsenic distribution and speciation in the fronds of the hyperaccumulator Pteris vittata  ; Online: 21 Oct 2002 ; DOI: 10.1046/j.1469-8137.2002.00512.x

 

(ma et al. Nature, 2001, 409:579)

 

Porter, E.K. 1977. Arsenic tolerance in grasses growing on mine waste. Environ. Pollut. 14:255–265

 

De Koe T, Jacques NMM. 1993. Arsenate tolerance in Agrostis castellana and Agrostis delicatula. Plant and Soil 151: 185–191.

 

Castillo-Michel H, Hernandez-Viezcas J, Dokken KM, Marcus MA, Peralta-Videa JR, Gardea-Torresdey JL (2011), Localization and speciation of arsenic in soil and desert plant Parkinsonia florida using μXRF and μXANES ; Environ Sci Technol. 2011 Sep 15;45(18):7848-54. doi: 10.1021/es200632s. Epub 2011 Aug 26.

 

Pitten, Frank-Albert, Müller Gerald, König Peter et al., Arsenakkumulation in Pflanzen. Abschlußbericht AP 120/2. Greifswand, 1997, unveröffentlicht, p. 60.

 

Jiang, Q.Q. 1994. Effect of different forms and sources of arsenic on crop yield and arsenic concentration. Water Air Soil Pollut. 74:321–343.

 

Frans R, Horton D, Burdette L. 1988. Influence of MSMA on straighthead. Arsenic uptake and growth-response in rice (Oryza Sativa). Arkansas Agricultural Experiment Station Report Series 30: 1–12 .

 

Marin, A.R. (1992) The influence of chemical form and concentration of arsenic on rice growth and tissue arsenic concentration. Plant Soil 139:175–183 .

 

Carbonell-Barrachina, A.A. 1997. The influence of arsenite concentration on arsenic accumulation in tomato and bean plants ; Sci. Hortic. 71:167–176 .

 

Edmonds JS. 2000. Diastereoisomers of an ‘arsenomethionine’-based structure from Sargassum lacerifolium: The formation of the arsenic-carbon bond in arsenic-containing natural products. Bioorganic and Medicinal Chemistry Letters 10: 1105–1108 .

 

Helgesen H, Larsen EH. 1998. Bioavailability and speciation of arsenic in carrots grown in contaminated soil. Analyst 123: 791–796.

 

Khan, Masil Effect of metals contamination on soil microbial diversity, enzymatic activity, organic matter decomposition and nitrogen mineralization  (a review) ; Pakistan Journal of Biological ; Sciences, 2000 - 198.170.104.138

 

C. Leyval, K. Turnau and K. Haselwandter (1997) Effect of heavy metal pollution on mycorrhizal colonization and function: physiological, ecological and applied aspects ; Biomedical and Life Sciences Mycorrhiza Volume 7, Number 3, 139-153, DOI: 10.1007/s005720050174

 

Y. Liu, Y. G. Zhu, B. D. Chen, P. Christie and X. L. Li (2005) Original Paper Influence of the arbuscular mycorrhizal fungus Glomus mosseae on uptake of arsenate by the As hyperaccumulator fern Pteris vittata L. ; Biomedical and Life Sciences Mycorrhiza Volume 15, Number 3, 187-192, DOI: 10.1007/s00572-004-0320-7

 

Gonzalez-Chavez M. 2000. Arbuscular mycorrhizal fungi from As/Cu polluted soils . PhD thesis. University of Reading, Royaume-Uni.

 

C. Gonzalez-Chavez, P. J. Harris, J. Dodd, A. A. Meharg (2002) Arbuscular mycorrhizal fungi confer enhanced arsenate resistance on Holcus lanatus ; New Phytologist ; Volume 155, Issue 1, pages 163–171, July 2002

 

 

Wolfe-Simon et al. A bacterium that can grow by using arsenic instead of phosphorus. Science (2011) vol. 332 (6034) p. 1163-6

 

Reaves et al. Absence of Detectable Arsenate in DNA from Arsenate-Grown GFAJ-1 Cells. Science (2012) pp.

 

Vishnu Priya Gadepalle, Sabeha K. Ouki, René Van Herwijnen et Tony Hutchings ; Effects of amended compost on mobility and uptake of arsenic by rye grass in contaminated soil ; Chemosphere ; Volume 72, Issue 7, July 2008, Pages 1056-1061 ; doi:10.1016/j.chemosphere.2008.03.048 ([Anglais] résumé )

 

G. W. Yeates, V. A. Orchard, T. W. Speir, J. L. Hunt and M. C. C. Hermans, Impact of pasture contamination by copper, chromium, arsenic timber preservative on soil biological activity ; Biology and Fertility of Soils Volume 18, Number 3, 200-208, 1984, DOI: 10.1007/BF00647667

 

Rochette, E.A. 1998. Stability of arsenate minerals in soil under biotically generated reducing conditions. Soil Sci. Soc. Am. J. (Home » Publications » Soil Science Society of America Journal) 62:1530–1537

 

Gilmour J, Wells B. 1980. Residual effects of MSMA on sterility in rice cultivars. Agronomy Journal 72: 1066–1067 .

 

Jung DK et al. Hydrogen peroxide mediates arsenite activation of p70(s6k) and extracellular signal-regulated kinase. Exp. Cell Res. 2003;290(1):144-54.

 

Courtin-Nomade et al . (2003) Arsenic in iron cements developed within tailings of a former metalliferous mine - Enguialès, Aveyron, France, Applied Geochemistry 18, p. 395-408.

 

Lieu : « Fort Lauderdale Research and Education Center  » (FLREC)

    Gurr JR et al. Nitric oxide production by arsenite. Mutat Res 2003;533(1-2):173-82.

  

 Spinosi J, Chaperon L, Jezewski-Serra D & El Yamani M (2018) Occupational exposure of winegrowers to arsenical pesticides: Exposure prevalence between 1979 and 2000 ; Santé publique France et l'Umrestte de l'Université de Lyon

   

Christen K. 2001. The arsenic threat worsens. Environmental Science and Technology 35: 286A–291A

   

Nickson R, McArthur J, Burgess W, Ahmed KM, Ravenscroft P, Rahmann M. 1998. Arsenic poisoning of Bangladesh groundwater. Nature 395: 338.

  

 Berg M, Tran HC, Nguyen TC, Pham HV, Schertenleib R, Giger W. 2001. Arsenic contamination of groundwater and drinking water in Viêt Nam: a human health threat. Environmental Science and Technology 35: 2621–2626 . 

« EFSA - Scientific Opinion of the CONTAM Panel: Arsenic in Food » , sur EFSA

   

EPA, EPA 815-R-00-026 Arsenic in Drinking Water Rule Economic Analysis 

   

Rapport sur la qualité de l'eau et l'assainissement en France (www.senat.fr) 

   

Hays SM, Aylward LL, Gagne M, Nong A, Krishnan K. (2010) Biomonitoring equivalents for inorganic arsenic. RegulToxicolPharmacol. 2010;58(1):1-9.

   

Hugues de Thé, « Pourquoi l'arsenic est-il si efficace dans le traitement d'une leucémie ? » , sur cnrs.fr, 13 juillet 2010 (consulté le 14 juillet 2010)

 

Dietmar Seyferth, Cadet's Fuming Arsenical Liquid and the Cacodyl Compounds of Bunsen , Organometallics, 2001, vol. 20(8), p. 1488–1498.DOI:10.1021/om0101947

 

Le vert 

 Jean-Antoine Chaptal, Chimie appliquée aux arts, Volume 4, chez Deterville, 1807 (lire en ligne ), p. 467

 

Fédération internationale du commerce des semences, Préparation des semences , Nyon, 2009

 

Extraits du décret du 14 septembre 1916 : Journal officiel du 20 septembre 1916, repris par (Pseudo-sciences.org )

 

Lascar Olivier, « De la mort-aux-rats sur toiles » , sur liberation.fr, 4 mai 1999

 

C. Meyer, « Dictionnaire des Sciences Animales : Arsenic  », Cirad, 18 avril 2012

 

Thouin, H., Le Forestier, L., Gautret, P., Hube, D., Laperche, V., Dupraz, S., & Battaglia-Brunet, F. (2016). Characterization and mobility of arsenic and heavy metals in soils polluted by the destruction of arsenic-containing shells from the Great War . Science of the Total Environment, 550, 658-669.

 

3-Nitro, produit par le laboratoire Pfizer subsidiary Alpharma LLC

 

CW Schmidt (2012) Maryland Bans Arsenical Drug in Chicken Feed ; Environmental Health Perspectives, 120(7): a269 ncbi.nlm.nih.gov

 

Pfizer. Communiqué intitulé Pfizer to Suspend Sale of 3-Nitro (Roxarsone) in the United States. Madison, NJ:Pfizer Inc. (8 Jun 2011). [ttps://animalhealth.pfizer.com/sites/pahweb/PressReleases/Pages/PfizerToSuspendSaleOf3-nitro.aspx consulté 2012-06-07].

 

Kawalek JC, et al. (2011) Final Report on Study 275.30. Provide Data on Various Arsenic Species Present in Broilers Treated with Roxarsone : Comparison with Untreated Birds. Laurel, Rockville, and College Park, MD:Center for Veterinary Medicine/Office of Regulatory Science, U.S. Food and Drug Administration (10 Feb 2011). consulté  7 Jun 2012]

 

Fisher DJ, et al. (2011) The Environmental Concerns of Arsenic Additives in Poultry Litter: Literature Review. Queenstown, MD:Wye Research and Education Center (1 Dec 2011). consulté 7 juin 2012 .

 

Arsenic Test Kits 

Revue Blood, vol.108, no 13, p. 3967-3975

 

Brève scientifique de Pour la Science – no 372 – octobre 2008 (p. 14, citant Science, vol. 321, p. 967-970, août 2008)

 

Reaves ML, Sinha S, Rabinowitz JD, Kruglyak L, Redfield RJ, Absence of detectable arsenate in DNA from arsenate-grown GFAJ-1 cells , Science, 2012;337:470-3

Beatriz Cordero, Verónica Gómez, Ana E. Platero-Prats, Marc Revés, Jorge Echeverría, Eduard Cremades, Flavia Barragán et Santiago Alvarez, « Covalent radii revisited », Dalton Transactions,‎ 2008, p. 2832 - 2838 (DOI 10.1039/b801115j)

 

David R. Lide, CRC Handbook of Chemistry and Physics, CRC Press Inc, 2009, 90e éd., 2804 p., Relié (ISBN 978-1-420-09084-0)

 

Entrée « Arsenic » dans la base de données de produits chimiques GESTIS de la IFA (organisme allemand responsable de la sécurité et de la santé au travail) (allemand, anglais), accès le 22 août 2018 (JavaScript nécessaire)

 

« Arsenic, elemental » , sur Hazardous Substances Data Bank (consulté le 28 mars 2010)

 

Base de données Chemical Abstracts interrogée via SciFinder Web le 15 décembre 2009 (résultats de la recherche)

 

IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, « Evaluations Globales de la Cancérogénicité pour l'Homme, Groupe 1 : Cancérogènes pour l'homme » , sur http://monographs.iarc.fr , CIRC, 16 janvier 2009 (consulté le 22 août 2009)

 

« Arsenic  » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 25 avril 2009

 

Directive 2004/107/CE du Parlement européen et du Conseil du 15 décembre 2004 concernant l’arsenic, le cadmium, le mercure, le nickel et les hydrocarbures aromatiques polycycliques dans l’air ambiant, Journal Officiel de l’Union européenne L23 du 26 janvier 2005, p. 3-16

 

Paul Depovere, La classification périodique des éléments. La merveille fondamentale de l'Univers, De Boeck Supérieur, 2002, p. 98.

 

Alain Foucault : Rapport Ifremer ; l’arsenic en milieu marin [PDF]  (étude de soutien à la définition de normes)

 

Hugues de Thé, « Differentiation Therapy Revisited », Nature Reviews Cancer 18, nᵒ 2 (1 décembre 2017): 117‑27, https://doi.org/10.1038/nrc.2017.103 .

 

Science et Vie, no 1075, avril 2007, p. 90.

    Lewis R. Goldfrank, Neal Flomenbaum ; Goldfrank's toxicologic emergencies ; voir chapitre "Arsenicals"

Stéphane Gibaud et Gérard Jaouen, « Arsenic - based drugs: from Fowler’s solution to modern anticancer chemotherapy », Topics in Organometallic Chemistry , vol. 32,‎ 2010, p. 1-20 (DOI 10.1007/978-3-642-13185-1_1, lire en ligne )

 

Catherine Quéré, Jean-Marie Sermier, commission du développement durable Assemblée nationale (2015) Le vignoble français couvre environ 750 000 hectares répartis sur 25 000 communes. Le coût des maladies du bois, même si l’on manque d’un appareil statistique précis, est estimé à 1 milliard d’euros de manque à gagner, et son incidence économique et fiscale est indéniable| 7 juil. 2015

 

Agriculture-environnement (2005) Le bourbier de l’arsénite de sodium , article publié le 24 mai

 

Heather Lechtman, « Arsenic Bronze : Dirty Copper or Chosen Alloy ? A View from the Americas », Journal of Field Archaeology, vol. 23, no 4,‎ 24 1996, p. 477 (DOI 10.2307/530550)

 

Robert Jacobus Forbes, Studies in Ancient Technology : Metallurgy in Antiquity : Copper and Bronze, Tin, Arsenic, Antimony and Iron (Vol 9), Leiden, Brill Academic Pub, 1997, 321 p. (ISBN 978-90-04-03487-7, notice BnF no FRBNF37673394)

 

Paul Benkimoun, « L'arsenic, un poison qui guérit » , sur lemonde.fr, 3 septembre 2010

  Suzanne Bell, Barry A. J. Fisher et Robert C. Shaler, Encyclopedia of Forensic Science, Infobase Publishing, 2010 (lire en ligne ), p. 219

 

Albertus Magnus, De Mineralibus (le Monde minéral), Éditions du cerf, 1995, 443 p.

 

 

Turpeinen R, Pantsar-Kallio M, Haggblom M, Kairesalo T. 1999. Influence of microbes on the mobilization, toxicity and biomethylation of arsenic in soil. Science of the Total Environment 236: 173–180.

 

M. Ruokolainen, M. Pantsar-Kallio, A. Haapa, T. Kairesalo, Leaching, runoff and speciation of arsenic in a laboratory mesocosm ; The Science of The Total Environment, Volume 258, Issue 3, 4 September 2000, Pages 139-147

 

Van Herreweghe, S., Swennen, R., Vandecasteele, C., Cappuyns, V., (2003). Solid phase speciation of arsenic by sequential extraction in standard reference materials and industrially contaminated soil samples. Environ. Pollut. 122 (3), 323–342.

 

La Recherche, no 418, mars 2008, p. 10, consultable en ligne : « Napoléon et la physique des neutrons  ».

 

Fiches toxicologiques sur les sites de l’INRS  et sur le site de REPTOX (Québec).

 

Drobna Z, Jaspers I, Thomas DJ, Styblo M (2003) Differential activation of AP-1 in human bladder epithelial cells by inorganic and methylated arsenicals. The FASEB Journal 17: 67–69 .

 

Caducee , d’après Nutrition et alimentation de B. Jacotot et J.-C. Le Parco.

 

Doctissimo , d’après Apports nutritionnels conseillés pour la population Française, Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments, 3e édition, Éd. Tec & Doc

 

Perez DS, Armstrong-Lea L, Fox MH, Yang RS, Campain JA (), Arsenic and benzo[a]pyrene differentially alter the capacity for differentiation and growth properties of primary human epidermal keratinocytes ; Toxicol Sci. 2003 Dec; 76(2):280-90. Epub:2003-11-11.

 

Salnikow K, Cohen MD (2002), Backing into cancer: effects of arsenic on cell differentiation ; Toxicol Sci. fév 2002 ; 65(2):161-3

 

SANTÉ PUBLIQUE France / Imprégnation des femmes enceintes par les polluants de l’environnement en France en 2011. Volet périnatal du programme national de biosurveillance|PDF, 224p www.santepubliquefrance.fr

 

INRS Arsenic et composés inorganiques ; Nature du dosage : Arsenic urinaire , Base de donnée Biotox 

 

Smith AH, Hopenhayn-Rich C, Bates MN, Goeden HM, Hertz-Picciotto I, Duggan HM, Wood R, Kosnett MJ, Smith MT. 1992. Cancer risk from arsenic in drinking water. Environmental Health Perspectives 103: 13–15.

 

Yu HS, Liao WT, Chai CY (2006), Arsenic carcinogenesis in the skin ; J Biomed Sci. sept 2006 ; 13(5):657-66. Epub 2006 Jun 29 .

Wang CH, Jeng JS, Yip PK, Chen CL, Hsu LI, et al. (2002) Biological gradient between long-term arsenic exposure and carotid atherosclerosis. Circulation 105: 1804–1809

 

Chen Y, Graziano JH, Parvez F et al. Arsenic exposure from drinking water and mortality from cardiovascular disease in Bangladesh: prospective cohort study , BMJ, 2011;362:d2431

 

Von Ehrenstein OS, Mazumder DN, Yuan Y et al. Decrements in lung function related to arsenic in drinking water in West Bengal, India , Am J Epidemiol, 2005;162:533-41

    Liao WT, Yu CL, Lan CC, Lee CH, Chang CH, Chang LW, You HL, Yu HS (2009), Differential effects of arsenic on cutaneous and systemic immunity : focusing on CD4+ cell apoptosis in patients with arsenic-induced Bowen's disease ; Carcinogenesis, juin 2009 ; 30(6):1064-72. Epub 2009-04-17.

 

J. Bastien, R. Jeandel, Napoléon à Sainte-Hélène. Étude critique de ses pathologies et des causes de son décès, Éd. Le Publieur, 2005, 220 p.

 

Davey JC, Bodwell JE, Gosse JA, Hamilton JW (2007), Arsenic as an endocrine disruptor: effects of arsenic on estrogen receptor-mediated gene expression in vivo and in cell culture ; Toxicol Sci. juillet 2007; 98(1):75-86. Epub 2007-02-05.

 

Davey JC, Nomikos AP, Wungjiranirun M, Sherman JR, Ingram L, Batki C, Lariviere JP, Hamilton JW (2008 ), Arsenic as an endocrine disruptor: arsenic disrupts retinoic acid receptor-and thyroid hormone receptor-mediated gene regulation and thyroid hormone-mediated amphibian tail metamorphosis ; Environ Health Perspect. fév 2008 ; 116(2):165-72

 

Bodwell JE, Kingsley LA, Hamilton JW (2004), Arsenic at very low concentrations alters glucocorticoid receptor (GR)-mediated gene activation but not GR-mediated gene repression: complex dose-response effects are closely correlated with levels of activated GR and require a functional GR DNA binding domain. ; Chem Res Toxicol. aout 2004 ; 17(8):1064-76

 

Aquino A.M & al. (2019) Arsenic exposure during prepuberty alters prostate maturation in pubescent rats. Reproductive Toxicology, 89, 136-144 .

 

Ghosh M, Shen J, Rosen BP. 1999. Pathways of As (III) detoxification in Sachharomyces cerevisiae. Proceedings of the National Academy of Sciences, États-Unis 96: 5001–5006

 

Clemens S. 2001. Molecular mechanisms of plant metal tolerance and homeostasis. Planta 212: 475–486 (Résumé) ).

 

Cobbett CS. 2000. Phytochelatin biosynthesis and function in heavy-metal detoxification. Current Opinion in Plant Biology 3: 211–216.

 

Nickson R, McArthur J, Burgess W, Ahmed KM, Ravenscroft P, Rahmann M. 1998. Arsenic poisoning of Bangladesh groundwater. Nature 395: 338.

 

Woolson EA, Axley JH, Kearney PC. 1971. The chemistry and phytotoxicity of arsenic in soils. I. Contaminated field soils. Soil Science Society of America Proceedings 35: 938–943.

 

Murphy EA, Aucott M. 1998. An assessment of the amounts of arsenical pesticides used historically in a geographical area. Science of the Total Environment 218: 89–101

 

Cullen WR, Reimer KJ. 1989. Arsenic speciation in the environment. Chemical Review 89: 713–764 .

 

Andrew A. Meharg, Jeanette Hartley-Whitaker (2002) Arsenic uptake and metabolism in arsenic resistant and nonresistant plant species ; online: 4 APR 2002 DOI: 10.1046/j.1469-8137.2002.00363.x Issue New Phytologist New Phytologist Volume 154, Issue 1, pages 29–43, avril 2002,

 

« Eawag (2015) Geogenic Contamination Handbook – Addressing Arsenic and Fluoride in Drinking Water. C.A. Johnson, A. Bretzler (Eds.), Swiss Federal Institute of Aquatic Science and Technology (Eawag), Duebendorf, Switzerland. » 

 

Amini, M.; Mueller, K.; Abbaspour, K.C.; Rosenberg, T.; Afyuni, M.; Møller, M.; Sarr, M.; Johnson, C.A., « Statistical modeling of global geogenic fluoride contamination in groundwaters. », Environmental Science and Technology, 42(10), 3662-3668, doi:10.1021/es071958y,‎ 2008

 

Amini, M.; Abbaspour, K.C.; Berg, M.; Winkel, L.; Hug, S.J.; Hoehn, E.; Yang, H.; Johnson, C.A., « Statistical modeling of global geogenic arsenic contamination in groundwater. », Environmental Science and Technology 42 (10), 3669-3675. doi:10.1021/es702859e,‎ 2008

 

Winkel, L.; Berg, M.; Amini, M.; Hug, S.J.; Johnson, C.A., « Predicting groundwater arsenic contamination in Southeast Asia from surface parameters. », Nature Geoscience, 1, 536–542 (2008). doi:10.1038/ngeo254,‎ 2008

 

Rodríguez-Lado, L.; Sun, G.; Berg, M.; Zhang, Q.; Xue, H.; Zheng, Q.; Johnson, C.A., « Groundwater arsenic contamination throughout China », Science, 341(6148), 866-868, doi:10.1126/science.1237484,‎ 2013

 

Cheng H, Hu Y, Luo J, Xu B, Zhao J. J Hazard Mater (2009), Geochemical processes controlling fate and transport of arsenic in acid mine drainage (AMD) and natural systems ; 2009 Jun 15; 165(1-3):13-26. Epub 2008 Oct 25 .

 

Nriagu JO. 1994. Arsenic in the environment: part 1 cycling and characterization. New York, États-Unis: Wiley, 430.

 

Min Feng, Jill E. Schrlau, Raymond Snyder, George H. Snyder, Ming Chen, John L. Cisar et Yong Ca, Arsenic Transport and Transformation Associated with MSMA Application on a Golf Course Green ; J. Agric. Food Chem., 2005, 53 (9), p. 3556–3562 DOI: 10.1021/jf047908j PDF[374 KB], ([Anglais] Résumé )

 

Graphique fait d'après données Medde, DGPR (Basol au 16 janvier 2012), 2012. Traitements : SOeS, 2012 ; page 21 in Commissariat général au développement durable (2013) Basol : un panorama des sites et sols pollués, ou potentiellement pollués, nécessitant une action des pouvoirs publics; Études & documents n°97 : novembre 2013

 

ecoumenegolf.org, Réflexions sut l'environnement  

 

David Jordan, Marilyn McClelland, Andy Kendig, et Robert Frans Monosodium Methanearsonate Influence on Broadleaf Weed Control with Selected Postemergence-Directed Cotton Herbicides  ; Weed Science, The Journal of Cotton Science 1:72-75 (1997)], 4 pages, PDF, en anglais

 

Bausinger Tobias ; Preuß Johannes, Environmental remnants of the First World War: Soil contamination of a burning ground for arsenical ammunition. In : Bulletin of Environmental Contamination & Toxicology 74, 2005, p. 1045-1052. 

Travailler sérieusement sans se prendre au sérieux !

mineralogie.club

Travailler sérieusement sans se prendre au sérieux !

logo FB share.png
logo FB 50x50.png