MERCURE

Photo Parent Géry

logo FB share.png

Mercure et cinabre, Almadén Mine, Castile-La Mancha, Ciudad Real, Almadén, Espagne

Le mercure est un minéral natif, rare dans la nature naturel où on le trouve en petites quantités, dans les roches, plus rarement en quantité suffisantes à l’exploitation.

Le mercure est l'élément chimique  numéro atomique 80, son symbole Hg vient du mot grec latinisé « hydrargyrum », argent liquide.

Jusqu'au début du XIXème siècle on l’appelait « vif argent ». Le nom Mercure viendrait du dieu « Mercurius »,le dieu Mercure de la mythologie romaine, en comparaison de la mobilité du métal à celle du messager des dieux.

Le mercure est généralement extrait d’un minéral, le cinabre, un sulfure de mercure (HgS). La mine d’Almaden en Espagne produisait du mercure mais cette exploitation, la production primaire à partir de minerai, est en voie de disparition, en raison de la baisse de l’utilisation dans la vie courante et du recyclage, la production secondaire à partir de déchets, qui augmente. À l'échelle mondiale, l'exploitation du mercure a diminué, passant de 9 776,964 tonnes extraites en 1970 à 4 025,7 t en 2017.

 

On connait le mercure depuis l’antiquité, il a été utilisé dans des domaines divers, minéralurgie, médecine, chimie et industrie, sa toxicité, aujourd’hui reconnue, est la cause de la diminution de son utilisation.

 

Le mercure est un métal qui présente des caractéristiques rares, elles sont liées à la tendance des seuls électrons 6s à donner des liaisons :

  • métal liquide et peu visqueux à température ambiante (entre -10° et + 40°C).

  • caractérisé par une extrême volatilité dû à une tension de vapeur élevée, il se transforme en gaz inodore et incolore.

  • combinaison très facile avec d'autres molécules,

    • métaux (amalgames),

    • molécules inorganiques (soufre)

    • organiques (carbone).

  • métal '' lourd '' dans la classification de Mendeleïev, masse atomique 200.

  • c’est un bon conducteur de l’électricité mais un faible conducteur de la chaleur.

  • stable dans l'air, l'eau, les acides (excepté l’acide nitrique (HNO3) concentré) et des alcalins.

 

Sa toxicité vient de son extrême volatilité, il peut être facilement respirable. Sa relative solubilité dans l'eau et les graisses le rendent facilement transportable dans le corps, et sa prédisposition à se lier avec d'autres molécules, va les transformer et modifier leurs  fonctions. L'inhalation de mercure est la provoque une toux et parfois la nausée. L'empoisonnement par ce métal engendre maux de tête, tremblements, perte d'appétit et chute des dents.

 

Sa capacité à s'amalgamer à d'autres métaux a longtemps servie pour l’extraction de l'or.

 

Le mercure a aussi été utilisé pour ses propriétés biologiques, en tannerie et en médecine durant 5 siècles pour le traitement de la syphilis.

Dans l’industrie, il est utilisé dans la production de chlore et d’ hydroxyde de sodium (NaOH), dans la production de lampes à vapeur de Hg utilisé pour l’éclairage intensif.

 

 

 

ISOTOPES

Le mercure a 38 isotopes, dont plusieurs isotopes stables éventuellement utilisables pour des analyses isotopiques ou un traçage isotopique.

Il a aussi des isotopes radioactifs instables (31 de ses 38 isotopes, dont seulement 4 ont une période supérieure à la journée). Seul le 203Hg a, selon l'IRSN, des applications pratiques comme traceur isotopique.

Histoire du traitement de la syphilis par le

Mercure 
5 siècles d'incertitudes et de toxicité
Gérard TILLES, Daniel WALLACH
Paris, FRANCE

Pour terminer 2 vidéos un peu loufoques et surtout ne pas reproduisez pas ces expériences ...

Bibliographie ...

  • Archives JJ Chevallier

  • Wikipédia

  • Mineraly

Travailler sérieusement sans se prendre au sérieux !

mineralogie.club

Travailler sérieusement sans se prendre au sérieux !

logo FB share.png
logo FB 50x50.png