LES MACLES

Article écrit en collaboration avec le professeur Emmanuel Fritsch

IMN - Université de Nantes.

https://www.cnrs-imn.fr/index.php/accueil-l-imn/

 

annuaire-imn-membres-de-l-imn-par-noms-et-par-services/item/fritsch-emmanuel

" Certains cristaux n'apparaissent pas seuls mais en groupes aux formes suggestives : en cœur, en ailes de papillon, en bonnet d'évêque, en queue d'hirondelle, en croix, en sautoirs, en V, en genou, en étoile ou bien en pignon d'engrenage. Ces groupes ne doivent rien au hasard. En France on les nomme macles. A l'étranger on les nomme plutôt «jumeaux» (twins en anglais, Zwillinge en allemand.,.). "

Texte de Unithèque https://www.unitheque.com/Livre/cnrs/le-cristal-ses-doubles/38954

C'est Georges Friedel (1865 -1933) qui a proposé la première théorie moderne des macles et une définition de ces dernières :  « édifices cristallins formés de l’association de deux ou plusieurs cristaux homogènes de même nature orientés selon des lois déterminées ».

Texte de société géologique de France

https://www.geosoc.fr/manifestation/reunions-manifestations-passees/event/205-conferences-des-laureats-du-prix-2014.html

DEFINITION :

Une macle est un groupe de plusieurs cristaux, que l’on nomme « individus », d’une même espèce minérale dont les caractères physico-chimiques sont identiques, accolés et/ou interpénétrés selon un ordonnancement régit par des lois cristallographiques de symétrie.
Cette symétrie ajoutée par la macle peut être exacte ou approchée,

•    monoclinique pseudo-orthogonale,
•    ortho-pseudo-hexagonale.

 

Vient du latin « macula » et du germain « maskila » maille.

 

Le réseau commun à deux individus formant une macle s’appelle le réseau de macle. Il est constitué par les nœuds du réseau de chacun des individus ces nœuds étant superposés.
Ces réseaux peuvent exister en une, deux ou trois dimensions avec les appellations suivantes :

1.      monopériodique ;

2.      dipériodique ;

3.      tripériodique qui est la plus commune.

CLASSIFICATION MORPHOLOGIQUE :

On distingue différents types de macles selon deux critères morphologiques, le nombre de cristaux et leur disposition.

  • Les macles simples sont composées de deux cristaux.

  • Les macles multiples de plus de deux cristaux.

  • Les cristaux peuvent être accolés.

  • Les cristaux peuvent être interpénétrés – plus ou moins complètement.

Des combinaisons sont possibles ainsi des cristaux multiples accolés répétés créent :

  • Des macles dites polysynthétiques, lorsque les cristaux sont cote à cote et donnent à un aspect strié tel que l’albite.

  • Des macles cycliques, lorsque les cristaux forment un ensemble plus ou moins circulaire tel que le chrysobéryl.

On observe très souvent :

  • Que les macles forment souvent un angle rentrant qui ne se rencontre jamais dans les cristaux isolés.

  • Que les individus maclés ont parfois une taille supérieure aux cristaux isolés qui les entourent.

CLASSIFICATION CRISTALLOGRAPHIQUE :

L'opération qui transforme l'orientation d'un individu d'une macle en celle d'un autre individu est dite opération de macle. Celle-ci est effectuée autour d'un élément géométrique du réseau de la macle, qui est dit élément de macle : les individus de la macle sont alors symétriques par rapport à l'élément de macle. Les macles sont ainsi classées en trois catégories :

 

  • macle par réflexion, lorsque l'élément de macle est un plan réticulaire (plan de macle) ;

  • macle par rotation, lorsque l'élément de macle est une rangée (axe de macle) ;

  • macle par inversion, lorsque l'élément de macle est un point.

La surface d'accolement des individus peut être un plan ou une surface quelconque.

CLASSIFICATION D’APRÈS LA GENÈSE :

Selon leur origine, les macles sont classées en trois catégories :

  • macles de croissance, qui se forment pendant la croissance cristalline, dans les premières étapes ;

  • macles de transformation, qui se forment suite à une transition de phase dans laquelle la symétrie du cristal baisse et dans sa forme extérieure intacte des domaines à différente orientation vont se former ;

  • macles mécaniques, qui se forment suite à une action mécanique, notamment une pression orientée le long d'une direction.

 

 

 

CLASSIFICATION D’APRÈS LES PROPRIÉTÉS DES MACLES :

Sur la base des valeurs de l'indice de macle et de l'obliquité, les macles sont classées en quatre catégories principales.

Cette classification relève de l’étude approfondie des macle et n’a aucun intérêt pour l’amateur.

 

Parmi les macles les plus connues, on peut citer :

  • les macles polysynthétiques de l'albite et du péricline, les macles de Carlsbad (Karlsbad), Baveno et Manebach dans les feldspaths ;

  • les macles à axes parallèles du Dauphiné, du Brésil et à axes inclinés de la Gardette (dite aussi macle du Japon) dans le quartz ;

  • les macles en croix dans la staurotide ;

  • la macle en fer de lance et queue d’aronde dans le gypse ;

  • la macle en croix de fer dans la pyrite ;

  • la macle en bec de la cassitérite ou en genou du rutile et du zircon ;

  • les macles de la bournonite, très fréquentes sur {010}, pouvant se répéter et former des roues ou engrenages typiques ;

  • les macles de Carlsbad, de Baveno, de Manebach, etc. macles polysynthétiques des feldspaths.

 

 

 

QUARTZ

MACLES DE LA GARDETTE  ou JAPAN LAW

C'est la macle du quartz, bien que la plus rare, la plus connue car la plus facile a remarquer.

Elle est formée de deux individus qui ont une face prismatique commune formant un angle de 84°33.

On observe généralement deux habitus :

  • deux individus bien distinctes en V à 84.33°, l'un des individus est de taille plus réduite avec un prisme parfois aplati.

  • deux individus au prisme aplati très court formant un cœur ou une aile de papillon.

 

 

MACLES DU DAUPHINÉ et DU BRÉSIL

Les macles les plus fréquentes sont celles nommées "du Dauphiné" où un des individus a effectué une rotation de 180° autour de l'axe vertical, ainsi que celle "du Brésil" où l'un des individus est répété par réflexion sur un plan vertical.

Ces macles bien que courantes sont difficiles à observer car les cristaux jumelés sont complètement interpénétrés et ce n'est que la répétition bizarre de certaines faces caractéristiques comme le trapézoèdre, qui aide à repérer la macle.

Quartz macle du Dauphiné

Chia Mine, Sao Jose do Safira, Minas Gerais, Brésil.

PHOTOS

 
 

PHOTOS DE MACLES DE MINÉRAUX DIVERS...

Certains minéraux holoèdres ou orthorhombiques ne maclent jamais.
Les plus connus sont les minéraux du groupe de la baryte (baryte, célestine, anglésite) par contre les croissances parallèles avec angles rentrant ne sont pas rares, elles sont une bonne illustration de fausses macles.


Tiré du livre "Le Cristal et ses doubles" de Jean-Claude Bouillard.

Crédits photos :

A&M

André Holbecq / Géowiki

Anton Waltz Minerals

Barnett Fine Minerals

Comptoir Géologique

Didier Discouens / wikipedia

Les Minéraux.fr

Luis Burillo Minerales

Mardani Fine Minerals

Matteo Chinelatto

Mine ParisTech
FenderMinerals

Monde Mineral

Patrimoine de Rosny, François Cahuzac

Rob Lavinsky

The Arkenstone iRocks.com

Vassili /wikipedia

Travailler sérieusement sans se prendre au sérieux !

Travailler sérieusement sans se prendre au sérieux !

logo FB share.png

* Les rubriques marquées d'un astérisque sont obligatoirement renseignées.