Malachite pseudomorphose d'Azurite.jpg

Azurite pseudomorphosée

en Malachite.

Tsumeb, Namibie.

PSEUDOMORPHOSE

PARAMORPHOSE

PERIMORPHOSE

Etymologies

  • Pseudomorphose : le préfixe " pseudo " tiré du grec pseudês, menteur - signifie, " à première vue, prétendument, soi-disant ", et du grec morphê, forme.
     

  • Paramorphose : du grec para, voisin de, et morphê, forme
     

  • Périmorphose : du grec peri, autour, et morphê, forme
     

  • Biomorphose : du grec bios, vie, et morphê, forme
     

  • Polymorphe : du grec polús, beaucoup, et morphê, forme
     

  • Épigénisation : du grec épis, sur, et génos, naissance
     

  • Épitaxie : du grec épis, sur, et taxisarrangement

PSEUDOMORPHOSE

C'est un phénomène qui modifie un minéral, tout en lui conservant sont apparence, en un autre minéral par ex. l'azurite en malachite, tout en conservant l'apparence de l'azurite ou encore la pyrite s'altérant en limonite, tout en conservant l'apparence de la pyrite.

Le phénomène se produit le plus souvent dans le cadre de modifications physico-chimiques qui déstabilisent le minéral d'origine, hydratation, déshydratation, altération, etc., durant la diagenèse* puis le passage du sédimentaire au métamorphisme. Il peut aussi y avoir l'intervention de bactéries.

* diagenèse : ensemble des processus physico-chimiques et biochimiques par lesquels les sédiments sont transformés en roches sédimentaires.

La pseudomorphose implique que la forme du minéral originel soit toujours conservée.

On distingue deux formes de pseudomorphoses :

PSEUDOMORPHOSE PAR SUBSTITUTION

Un substrat originel est remplacée progressivement par une espèce différente, sans aucune réactions chimiques. C'est le cas de certains fossiles tels que le bois dont les fibres se silicifient, dans ce cas précis l'on peut parler de biomorphose.

PSEUDOMORPHOSE PAR ALTERARTIION

Un substrat originel est remplacée progressivement par un ajout partiel de matière nouvelle, avec substitution partielle de la matière originale qui reste sous forme de noyau. Exemple : galène altérée en anglésite.

Cuprite et aragonite pseudomorphosés en
Pseudomorphose par altération de galène en anglésite

Il arrive que certaines pseudomorphoses soient "rebaptisées", que l'on les désigne sous un dénomination autre que le nom du minéral remplaçant.
Par exemple la Glandonite qui est une calcite remplaçant l'Ikaïte.

Glendonite - Ikaïte pseudomorphosée en c

REMARQUE IMPORTANTE A BIEN CONNAÎTRE !

Il est important de préciser que le terme de pseudomorphose peut, parfois,

paraître quelque peu ambigu.

Extrait de l'article d'Yves Lulzac - Yves Möello et  Nicolas Stefphan.

Mise au point  sur la "sexangulite".

Idéalement, il s’agit d’une transformation complète d’un minéral en cristaux automorphes par un autre, avec conservation des formes extérieures du minéral primitif.

Les exemples sont variés : citons les belles pseudomorphoses de magnétite en hématite de Patagonie, et celles de fluorine en calcédoine bleue de Trestia en Roumanie. Ou la pseudomorphose de scheelite en ferbérite, aussi dénommée « reinite », ou encore les « dés du diable » constitués de cubes de pyrite transformés en limonite....

La transformation est souvent incomplète : l’intérieur de la pseudomorphose peut montrer des résidus du minéral primitif, ou des cavités plus ou moins développées qui peuvent s’expliquer assez simplement : si, par exemple, le remplacement de la pyromorphite en galène se fait en ne réutilisant que le plomb fourni par la pyromorphite, la galène n’occupera alors que 83% du volume du minéral primaire.

 

Cependant, il convient d’éviter un usage abusif du terme de pseudomorphose. Si l’on admet qu’une certaine partie du minéral primitif a pu échapper à cette transformation, reste alors à en définir les limites. Peut-on, par exemple, parler d’une pseudomorphose lorsqu’un cristal de pyromorphite est simplement recouvert d’une couche à peine millimétrique de galène supposée ? La réponse est définitivement négative car, dans ce cas, on parlerait plutôt d’une épigénie, d’une épimorphose, voire d’une simple altération du cristal. (voir l'article complet  : Mise au point à propos des sexangulites)

PARAMORPHOSE

Les pseudomorphoses peuvent se former par une désorganisation et un réarrangement des mêmes atomes par un refroidissement, c'est la paramorphose. - (Extrait de Pough1969, page 447) Le minéral conserve la forme de son polymorphe de haute température.

Acanthite paramorphose.jpg

L'acanthite pseudocubique (que l'on appelle aussi argentite β) est une paramorphose de l'argentite.

L'argentite est un sulfure d'argent (Ag2S), qui n'est stable qu'au dessus de 177°C, en dessous de cette température il se paramorphose en acanthite son polymorphe et conserve donc sa forme cubique.
Le nom argentite est donc utilisé (de manière confuse) par certains pour décrire les pseudo-métamorphes pseudo-cubiques du sulfure d’argent (acanthite) où la forme cristalline originale de l’argentite cubique à haute température est restée. La bonne façon d’étiqueter de tels spécimens serait « acanthite, pseudo-cubique » ou « acanthite, paramorphe après argentite ».

PERIMORPHOSE

C'est un phénomène qui se produit lorsqu'un minéral se cristallise en couche plus ou moins épaisse sur les surfaces d'un minéral préexistant, tout en épousant quasi parfaitement la forme du minéral sous-jacent.

Périmorphose sidérie sur calcite.jpg

Si le premier minéral se dissout par la suite le second garde en creux la forme du précédent c'est ce que l'on appelle un "boxwork" ou "dead boxe". Un autre phénomène peut alors se produire si un nouvelle cristallisation du même minéral ou d'une autre espèce  se dépose sur les parois internes du "boxwork".

Boxwork améthyste.jpg

LE VOCABULAIRE A BIEN CONNAÎTRE

Voici quelques définitions simples à retenir :

  • Pseudomorphose : phénomène de métamorphisme caractérisé par le remplacement d'un minéral originel par un nouveau minéral.

  • Paramorphose : variétés de pseudomorphoses découlant d'un refroidissement.

  • Périmorphose : lorsqu'un minéral conserve la forme extérieure d'une autre espèce minérale par la suite, le premier minéral se dissout et sa forme en creux est conservée.

  • Biomorphose : Un objet d'origine biologique devient un minéral en conservant ses formes d'origine.

  • Polymorphe : se dit de minéraux qui ont la même composition chimique et une morphologie différente (système cristallin différent).

  • Dimorphe : deux minéraux qui ont la même composition chimique et un système cristallin différent.

  • Trimorphe : trois minéraux qui ont la même composition chimique et un système cristallin différent.

  • Épigénisation : remplacement d’un corps chimique (cristal, matière organique) par un autre, avec dissolution préalable ou simple échange par diffusion, tout en conservant la morphologie initiale dans le détail, voire les structures internes d’origine, cellulaires ou cristallines.

  • Épimorphose : phénomène de métamorphisme par remplacement d'un minéral original par un nouveau minéral uniquement en surface du minéral original.

  • Épitaxie : Processus de croissance cristalline, couche par couche, l'organisation des entités moléculaires ou atomiques des couches étant déterminée par le réseau d'une matrice cristalline sous-jacente. 
    On distingue :

    • l'homo-épitaxie : croissance d' un cristal sur un cristal de nature chimique identique,

    • l'hétéro-épitaxie, dans laquelle les deux cristaux sont de natures chimiques différentes.

      Ce qui est à l'origine des macles, par pseudo-symétrie.​​

  • Dead boxs ou Boxworks : cavités laissées lors de la dissolution des minéraux qui ont subit une périmor. Ces cavités conservent fréquemment la forme des minéraux dissous.