ÉVOLUTION MÉTAMORPHIQUE DES SCHISTES . . .

Page réalisée avec la collaboration de Hobart M. King, Ph.D., GIA GG

Manger et rédacteur-publicateur de Geology.com

Crédit photo Geology.com

 

Traduction et rédaction JJ Chevallier

H.M. King.jpg

Observation liminaire.

Dans la langue française le mot schiste est assez généraliste puis qu’on le trouve dans les roches sédimentaires, schistes argileux et dans les roches métamorphique, schistes suivi de différents épithètes.
La nomenclature anglo-saxonne est plus précise, dans le domaine des roches sédimentaires, on parle de shale  ou de mudstone et dans celui des roches métamorphiques de schist.

Le schiste est une roche métamorphique feuilletée qui a évolué du stade sédimentaire, en subissant des contraintes chimiques dans un milieu de chaleur et pression d'abord modéré puis plus fort, au stade métamorphique. Au stage sédimentaire il est composée de grains très fin et au stade métamorphique après être passé par les stades, ardoise puis phyllite, il est formé de grains en forme de plaques suffisamment gros pour être visibles à l'œil nu.

 

Il se forme généralement sur le côté continental d'une frontière de plaque convergente où les roches sédimentaires, telles que les argiles, ont été soumises à des forces de compression, à la chaleur et à une activité chimique. La chaleur et l'activité chimique transforment les minéraux argileux en mica lamellaires tels que la muscovite, la biotite et la chlorite. La pression dirigée pousse les minéraux argileux de leurs orientations aléatoires vers un alignement parallèle commun où les grands axes lamellaires sont orientés perpendiculairement à la direction de la force de compression.

 

Cette transformation des minéraux marque le point où la roche n’est plus sédimentaire mais devient métamorphique.

 

Pour devenir schiste, un schiste doit être métamorphosé par étapes de schiste argileux en ardoise, puis en phyllite, enfin e, schiste. Si le schiste est métamorphosé davantage, il deviendrait un gneiss.

Aussi dans la langue française une roche n'a pas besoin d'une composition minérale spécifique pour être appelée « schiste ». Il lui suffit de contenir suffisamment de minéraux métamorphiques lamellaires alignés pour présenter une foliation distincte. Cette texture permet à la roche d'être clivée en plaques minces le long de la direction d'alignement des grains lamellaires.

 

Dans de rares cas, les minéraux métamorphiques en plaques ne sont pas dérivés des minéraux argileux d'un schiste. Les minéraux lamellaires peuvent être du graphite, du talc ou de la hornblende provenant de sources carbonées, basaltiques ou autres.

SOURCES

  • Archives JJ Chevallier

  • Geology.com

    • Hobart M. King, Ph.D., GIA GG​

Travailler sérieusement sans se prendre au sérieux !

mineralogie.club

Travailler sérieusement sans se prendre au sérieux !

logo FB share.png
logo FB 50x50.png