Since 01-01-2022

Vanadinite tableau caractéristiques.jpg

VANADINITE

Wikipedia-logo-fr-small.png

MUSÉE "Minéralogie  Passion"

"Minéralogie Passion" est une page Facebook
rejoignez l a!

  • Facebook
Rhodocrosite Perou.
Min Pass QR code.jpg
Minéralogie Passion
Scannez-moi !
Vanadinite.png
Pb5(VO4)3Cl.png

La vanadinite est un chlorovanadate de plomb secondaire de formule Pb5(VO4)3Cl, avec des traces de phosphore, arsenic et calcium. Elle est chimiquement liée à une structure beaucoup plus complexe mais chimiquement similaire à l'erikjonssonitel'héréroitela janchevite et la kombatite
Elle appartient au Groupe apatite et au Supergroupe apatite. 

C’est l'analogue vanadate de la mimétite et de la pyromorphite. Elle forme une série de solution solide vers la mimétite dans la nature jusqu'à environ V 50% : As 50% ( Série mimétite-Vanadinite ), et une série avec la Pyromorphite. Baker (1966) a montré par synthèse qu'il existe une série complète entre la mimétite, la pyromorphite et la vanadinite.

Sous-groupe de la pyromorphite.jpg

Cette espèce est un minéral d'oxydation, elle se rencontre donc principalement dans la zone d'oxydation, le chapeau de fer, des gisements plombifères des climats arides, le vanadium provenant soit de l'oxydation de sulfures vanadifères ou de l'encaissant par lessivage des silicates.

Les plus gros cristaux peuvent atteindre 14 cm.

Les minéraux associés sont l'anglésite, la baryte, la calcite, la cérusite, la descloizite, la mimétite, la mottramite, des oxydes de fer, la pyromorphite et la wulfénite.

 

Découverte pour la première fois par Señor A.M. del Rio (1764-1849), professeur à l'École des mines du Mexiqu à Zimapan, avant la découverte de l'élément vanadium. Une analyse faite en 1801 isola 14,8 % d'un oxyde d'un nouveau métal, qui fut alors baptisé érythronium, J.C. Baudet, Histoire de la chimie, 2017,  page 128. Le nouveau minéral a reçu le nom de « plomb brun ». La première description est due au minéralogiste français Alexandre Brongniart en 1807, mais ce dernier pensait qu'il s'agissait chrome à la place du vanadium [1]. Peu de temps après que Sefström eut découvert le vanadium (en 1830 dans le gisement de fer de Taberg, Suède), Wöhler montra que le minéral trouvé par del Rio était un vanadate. La description du minéral fut reprise par le minéralogiste allemand Rose en 1833 [2] mais c'est la description du minéralogiste allemand Franz Ritter von Kobell en 1838 qui fait référence.[3]
Nommée en référence au vanadium. La localité type est Zimapán, province d’Hidalgo au Mexique.

 

La vanadinite, bien que très connue, est un minéral rare, elle est surtout connue pour ses origines marocaines dont est le minéral emblématique par les magnifiques spécimens trouvés dans les environs de Midelt. Les spécimens d’Arizona aux Etats-Unis sont eux aussi assez faciles à trouver et à reconnaître.

Les pays où l’on a trouvé des occurrences : Algérie ; Afrique du Sud ; Allemagne ; Argentine ; Australie ; Autriche ; Bolivie ; Chili ; Chine ; Congo ; RD Congo ; Espagne ; Etats-Unis ; Finlande ; France ; Gabon ; Grèce ; Inde ; Iran ; Italie ; Japon ; Jordan ; Kazakhstan ; Kirghizistan ; Maroc ; Mexique ; Namibie ; Norvège ; Pologne ; Portugal ; Russie ; Slovaquie ; Suède ; Suisse ; République Tchèque ; Tunisie ; Turquie ; Royaume-Uni ; Ouzbékistan ; Viêt Nam ; Zambie ; Zimbabwe.

Les plus caractéristiques sont en gras.

 

La bonne conservation des cristaux requiert une atmosphère relativement fraîche et humide en atmosphère chaude et sèche, ils brunissent.
La détermination de certains échantillons, tels que ceux de France, requiert une bonne connaissance et le plus souvent une analyse sauf pour les espèces très caractéristiques du Maroc ou des Etats-Unis.

Variétés

Cuprovanadite (Adam, 1869). Variété de vanadinite riche en cuivre de formule (Cu,Pb)5(VO4)3Cl.

Endlichite (Vom Rath, 1885) [4]. Initialement décrite comme une espèce, elle est regardée aujourd'hui comme une variété de vanadinite riche en arsenic de formule Pb5[(As,V)O4]3Cl. Le gisement topotype est Hillsboro, District d'Hillsboro, Comté de Sierra, Nouveau-Mexique, États-Unis.

  1. Alexandre Brongniart, Traité élémentaire de minéralogie, 2 volumes, 8vo, Paris: 2, 1807, p. 204

  2. Rose, dans Annalen der Physik, Halle, Leipzig, volume 29, 1833, p. 455

  3. F.R. von Kobell, Grundzüge der Mineralogie, Nürnberg, 1838, p. 283

  4. Genth et vom Rath, dans Proceedings of the American Philosophical Society, vol. 22, 1885, p. 367

SOURCES

Littérature

Minéraux, le guide des passionnés, J. Lebocey, éditions du Piat

Internet 

Wikipédia

Les Minéraux.jpg

Clic

Lexique Géowiki-mini.jpg