L'ETAIN ARMORICAIN

Par Yves LULZAC, ancien géologue minier du BRGM

Article paru dans Mines & Carrières

N° 196 - octobre - 2012 (Hors série)

avec l'aimable autorisation de l'auteur

PROVINCE SUD ARMORICAINE

DISTRICT DE PARTHENAY

Il comprend trois zones principales situées aux confins du Massif Armoricain avant sa disparition sous les sédiments tertiaires du Détroit Poitevin.

 

            1.  La zone de La Peyratte (département des Deux-Sèvres)

Elle est en liaison avec le massif granitique de Bressuire.

Des indices de cassitérite alluvionnaire dispersés au sud et à l’est du bourg de La Peyratte proviennent de gîtes primaires constitués de lentilles de pegmatites et de filons quartzeux peu puissants, à épontes souvent greisenisées et parfois très riches en cassitérite avec des teneurs pouvant atteindre les 4 kg/t.

Rarement observables sur affleurement naturel, les quelques occurrence cachées, découvertes non loin du village de la Bourbelière, se sont révélées d’intérêt économique médiocre compte tenu de leur trop grande dispersion et de leur faible volume, prises individuellement. C’est pourquoi elles ne semblent jamais avoir été concernées par des exploitations anciennes ou récentes.

De même, les alluvions minéralisées qui en dérivent n’ont probablement pas attiré l’attention des anciens prospecteurs bien qu’un dépôt situé non loin du village des Fortunières pourrait représenter actuellement un potentiel de l’ordre d’une trentaine de tonnes de cassitérite (Y. Lulzac, 1975).

A noter que des scories provenant du traitement de minerai de fer (limonite d’âge oligocène) se trouvent fréquemment sur toute l’étendue du district.

District de Parthenay, zones de Peyrate, Pouge -Hérison, La Baubrrtiere.jpg

2.  La zone de Pougne-Hérisson

 

Entre Parthenay et Moncoutant dans les Deux-Sèvres, en relation avec le massif granitique de Neuvy-Bouin.

Elle se distingue par de nombreux indices alluvionnaires groupés sur une aire d’une trentaine de km² autour des bourgs de Pougne-Hérisson et de Clessé.

Les concentrations stannifères y atteignent des niveaux peu élevés en général, excepté au nord du bourg de Clessé où l’on note des teneurs dépassant 1 kg/m³ en "lit vif". Ici non plus, aucune trace d’exploitation ancienne n’a été remarquée.

L’origine pegmatitique de cette cassitérite semble très probable mais elle n’a pas été localisée d’une manière précise.

3.  La zone de La Baubertière (commune de Vasles)

 

Localisée dans le granite de Bressuire en bordure des sédiments tertiaires du Détroit Poitevin. Il s’agit de l’indice stannifère le plus oriental du Massif Armoricain.

Les minéralisations se manifestent par un alignement orienté NNE-SSO d’éboulis quartzeux dont la grosseur n’excède pas une quinzaine de centimètres et dans lesquels la cassitérite apparaît en plages centimétriques accompagnées de sulfures divers.

Bien que cette région présente un fort recouvrement végétal, sans aucun affleurement naturel visible, quelques excavations peu profondes, observées sur la nappe d’éboulis, suggérerait l’existence d’une tentative d’exploitation minière. Hypothèse qui demanderait confirmation au moyen de sondages profonds (B. de Solère, 1974).

Les alluvions de cette zone ne présentent pas de concentrations stannifères supérieures à 120 g/m³ et ne montrent aucune trace de travaux anciens ou récents.

Since 24-09-2021