L'ETAIN ARMORICAIN

Par Yves LULZAC, ancien géologue minier du BRGM

Article paru dans Mines & Carrières

N° 196 - octobre - 2012 (Hors série)

avec l'aimable autorisation de l'auteur

PROVINCE SUD ARMORICAINE

DISTRICT DE PIRIAC

Situé en bordure de mer, il est strictement subordonné au petit massif granitique de Guérande (Loire Atlantique).

Bien connu pour les tentatives d’exploitation qui s’y sont succédées entre 1830 et 1929, ce district comprend un réseau lâche de lentilles et filons quartzeux montrant des cristaux assez gros, mais peu nombreux, de cassitérite souvent accompagnée de sulfures divers ainsi que de béryl.

Certains de ces filons affleurent naturellement sur l’estran rocheux situé à environ 1 km au sud de la Pointe de Piriac, non loin d’un gros rocher nommé " Tombeau d’Almanzor " (Pointe de Pen ar Ran) où ils ne peuvent échapper au regard. Pourtant ces filons ne semblent pas avoir retenu l’attention car ils ne portent aucune trace superficielle d’exploitation ancienne ou moderne. L’explication de ce manque d’intérêt apparent serait à rechercher dans la trop grande proximité du rivage, et surtout dans le contexte encaissant non altéré et difficile à extraire.

Cependant, l’on sait que des puits et des galeries de recherche y ont été effectués à l’époque moderne, travaux qui n’ont d’ailleurs jamais conduit à une véritable exploitation.

Il n’en est pas de même pour les petits dépôts alluvionnaires situés non loin de ces filons affleurants et qui furent exploités d’une manière épisodique jusqu’en 1929. On ne sait avec certitude si ces travaux rencontrèrent des traces d’exploitations plus anciennes, bien qu’il serait permis de le penser puisque des scories associées à des globules d’étain métallique y auraient été signalées. Il en est de même pour ce qui concerne les sables de plage, d’ailleurs toujours bien minéralisés à l’heure actuelle, qui auraient été exploités au sud de Pen ar Ran et de Lerat.

La quantité totale de cassitérite extraite à l’époque moderne, que ce soit en alluvions ou en gîtes primaires, se chiffrerait à une trentaine de tonnes (J. Meloux, 1963).

District de Piriac.jpg

Since 24-09-2021