L'ETAIN ARMORICAIN

Par Yves LULZAC, ancien géologue minier du BRGM

Article paru dans Mines & Carrières

N° 196 - octobre - 2012 (Hors série)

avec l'aimable autorisation de l'auteur

PROVINCE NORD ARMORICAINE

DISTRICT DE SAINT GILDAS

De nombreux indices de cassitérite et de wolframite ont été découverts en liaison avec le grand linéament nord-armoricain sur sa traversée du massif granitique de Quintin dans sa partie  orientale.

Les minéralisations stannifères observées dans le réseau hydrographique de cette région n’offrent jamais de concentrations très importantes, excepté dans le vallon du Liscouet, sur la commune de Saint-Gildas (Côtes d’Armor), où l’on a observé des teneurs pouvant atteindre et même dépasser localement les 5 kg/m³ de cassitérite. Bien qu’ayant une dimension modeste, ce dépôt alluvial a fait l’objet d’une étude complète au moyen de sondages profonds qui ont révélé un potentiel minier d’une cinquantaine de tonnes de cassitérite.

Aucune trace d’exploitation ancienne n’a été observée dans ce contexte alluvial ni sur les autres dépôts connus dans ce district pour être également stannifères (Y. Lulzac, 1968).

Les gîtes primaires à l’origine de cette cassitérite détritique ont été localisés et explorés au moyen de nombreux travaux superficiels et profonds. Il s’agit en général de poches ou filons greisenisés de faible volume, ou de filons quartzeux plus ou moins lenticulaires dont la puissance ne dépasse guère les 10 à 20 centimètres pour une extension longitudinale d’une dizaine de mètres, mais pouvant se relayer sur quelques centaines de mètres (J. Walter, 1964).

Les minéraux utiles consistent en cassitérite et wolframite généralement peu abondantes et difficilement visibles sur les éboulis de surface qui jalonnent les gîtes primaires en place.

Il est donc fort probable, sinon certain, que ces minéralisations discrètes aient échappé aux anciens prospecteurs d’étain.

District de St Gildas.jpg

Since 04-09-2021